dansespluriel Index du Forum dansespluriel
forum consacré aux danses, tous styles
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Autour de en Sol de Robbins, de la Valse, du Boléro, de Ravel, de Chanel, du train bleu, du jazz et du music hall etc!...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    dansespluriel Index du Forum -> Les spectacles et les festivals -> Opéra de Paris
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Valérie Beck
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 5 188
Localisation:
Féminin

MessagePosté le: Jeu 20 Avr - 17:06 (2017)    Sujet du message: Autour de en Sol de Robbins, de la Valse, du Boléro, de Ravel, de Chanel, du train bleu, du jazz et du music hall etc!... Répondre en citant

Un nouveau topic, autour d'une oeuvre qui personnellement m'enthousiasme beaucoup : en Sol, de Robbins sur le concerto de Maurice Ravel.
Comme pour le Songe d'une Nuit d'été ou le Lac des cygnes,  ce topic sera régulièrement nourri de références musicales, chorégraphiques, ou autre, histoire de bien se plonger dans cette oeuvre avant de la voir. Aujourd'hui quelques mots sur la captation qui avait été faite en 2011





Je l'ai revue hier ( et je me suis d'ailleurs laissée happer par In the Night mais je sors de mon propos) et que dire? A part qu'il y a une énorme erreur de casting; jamais MA Gillot ni Florian Magnenet n'auraient dû être les solistes de cette œuvre. A côté d'un corps de ballet impeccable, ils jurent horriblement
MA Gillot domine d'une bonne tête le corps de ballet masculin, et quand ceux ci la suivent en file indienne, avec leurs costumes rayés, on croit tout à coup qu'on est chez les Trocks! ON dirait alors qu'une bande de canetons suivent leur mère. La présence de la danseuse déséquilibre tout ce qui n'est plus le cas  lorsque le corps de ballet danse sans les solistes.
Dans le pas de deux, sublime musicalement,  les malheureux  solistes nous offrent une danse totalement terre à terre devant ce bleu  océan ; on  se demande tout  à coup si ce n'est pas un pastiche? Mais non, on n'est pas dans " le Concert",  En Sol n'est pas fait pour être drôle, voyons!
J' avais vu ces deux solistes  sur scène cette année là, et je n'avais pas du tout été convaincue, mais je dois dire que  la captation aggrave les choses; elle ne leur fait aucun cadeau ni sur leur plastique - il faut dire qu'être en académique blanc, ce n'est pas donné à tout le monde -  ni sur les défauts. C'est donc dommage d'avoir filmé ces deux solistes qui ne sont absolument pas mis en valeur par cette oeuvre!
Le corps de ballet, lui, est tout  vivacité et joie débordante; il  nous donne à sentir  cette journée " au bord de la mer" ( Non, Michel Jonasz, ne viens pas pleurnicher avec ton père, ta soeur et  ta mère! Mr. Green )  Les ensembles sont impeccables, que ce soit dans les sauts, nombreux, ou bien dans les tours, ou encore dans les figures qui se déroulent comme des jeux d'enfants sur la plage avec cette extraordinaire impression de suspendre le temps par un bel après midi d'été.

Dans le corps de ballet, il y a Mathilde Froustey et Laura Hecquet, parfois côte à côté; côté garçons, Gil Isoart, qui a marqué en tant que sujet son passage à l'opéra.  Bref, je sais que Ould Braham et Heymann vont apporter à cette œuvre toute l'insolence, la fraîcheur, l'insouciance, la candeur et la sensualité qu'on peut attendre de cette pièce débordante de vie, de lumière, et de fraîcheur.

 
     
     

_________________
mon blog de danse http://www.shabastet.com/

Formation personnelle de yoga en 3 ans, de professeur en 4 ans et de yoga nidra en 2 ans
http://www.art-et-yoga.fr/


Dernière édition par Valérie Beck le Hier à 17:08 (2017); édité 2 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 20 Avr - 17:06 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Valérie Beck
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 5 188
Localisation:
Féminin

MessagePosté le: Sam 22 Avr - 20:52 (2017)    Sujet du message: Autour de en Sol de Robbins, de la Valse, du Boléro, de Ravel, de Chanel, du train bleu, du jazz et du music hall etc!... Répondre en citant



    
Ravel, Nijinsky et sa soeur

Ce concerto en Sol, contemporain du concerto pour la main gauche écrit pour le pianiste Wittgenstein qui avait été amputé du bras droit après la 1ere guère mondiale, a été composé en 1930. Il arrive dans la production de Ravel après le Boléro (1928), qui fait écrire à Marcel Marnat que « Ravel a cassé son jouet », c'est-à-dire, qu’il a poussé jusqu’à l’extrême une façon radicale de renoncer à une manière d’écrire la musique. Que peut bien inventer un compositeur après avoir écrit une œuvre sans développement, sans travail sur la structure, sur les thèmes ou sur des idées musicales ? Cette base de composition, constante depuis la naissance de la polyphonie, et portée à son plus haut point de perfection par des genres tels que le concerto, la sonate ou la symphonie entre 1680 et 1880, Ravel y a renoncé dans son Boléro qui n’existe que par deux thèmes joués en boucle en un magistral crescendo et une extraordinaire leçon d’orchestration.
En composant deux concertos, genre délaissé depuis Saint-Saëns que Ravel admirait beaucoup, le compositeur revient « en arrière », en quelques sortes. Mais c’est aussi son chant du cygne car ses problèmes de santé, déjà nombreux à cette époque, s’aggraveront dans les années suivantes, lui interdisant de composer. Après ses deux concertos qui ont pris deux années de la vie de Ravel, celui-ci ne composera plus que trois courtes chansons intitulées Don Quichotte à Dulcinée. Il mourra cinq ans plus tard en 1937.



   Wittgenstein, créateur du concerto pour la main gauche

 
Il est passionnant de voir comment Ravel renouvelle le genre du concerto, l’adapte à l’impérieux besoin de nouveauté qu’a exigé la période après guerre qui a failli relégué le compositeur aux rayons des « antiquités » comme les malheureux Vincent d’Indy ou Saint-Saëns, qui n’ont pas su ou voulu adapter leur musique aux goûts d’une époque qui voulait balayer son passé, vivait dans l’urgence, la vitesse, la nouveauté, qui s’ouvrait au music-hall, au jazz, à la musique de cirque, ou bien à la musique vite « consommée ». Satie n’écrit-il pas des musiques d’ameublements ?

Tandis que Hindemith, Stravinsky, Bartok, les Viennois ou d’autres innovent chacun de son côté, en France, le groupe des 6, mené tambour battant par Cocteau qui déclare dans son manifeste le Coq et l’Arlequin « Tuons le clair de lune », insinuant par là que toute la musique romantique, sentimentale, lyrique, est devenue indigne d’intérêt, innove et amène des « genres » nouveaux. Milhaud, Honneger, Taillefere, Poulenc, et les moins connus Auric et Durey représentent la nouveauté en France, le renouveau qu’exige cette période qui a débuté après l’armistice.


 Le groupe des Six avec Cocteau au piano
  

L’étonnant Ravel, lui, tout en restant fidèle à lui-même, s’adapte avec génie au goût de son époque et en reste l’un des compositeurs les plus admirés. En témoigne sa tournée triomphale aux Etats-Unis qui l’étonne lui-même. Pourtant, le musicien qui se remet mal de la mort de sa mère en 1917, se plonge dans de grandes périodes de solitude pour composer et comprend que les différents maux qui le tourmentent, ne trouveront pas d’issue favorable. Tout en restant fidèle à son « style », Ravel trouve des solutions pour faire « évoluer sa musique » - cette obsession de l’histoire de la musique savante occidentale - et ses deux concertos en témoignent d’une façon brillante, sensible, étonnante tout à la fois.
Le concerto en Sol est donc à la fois une œuvre qui témoigne de l’amour de Ravel pour le passé, pour Mozart, pour Saint-Saëns dont il admirait la virtuosité pianistique, et la facilité avec laquelle il peut renouveler son propre langage musical. La suite, bientôt !

C’est Marguerite Long qui le créera, Ravel devant renoncer à le faire lui-même puisqu’il n’a pas la virtuosité pianistique que requiert son œuvre, à son grand regret d’ailleurs.    



 


Marguerite Long
    
    


     

_________________
mon blog de danse http://www.shabastet.com/

Formation personnelle de yoga en 3 ans, de professeur en 4 ans et de yoga nidra en 2 ans
http://www.art-et-yoga.fr/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
bilboette


Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 872

MessagePosté le: Sam 22 Avr - 22:10 (2017)    Sujet du message: Autour de en Sol de Robbins, de la Valse, du Boléro, de Ravel, de Chanel, du train bleu, du jazz et du music hall etc!... Répondre en citant

Merci Valérie, une fois de plus, pour cet éclairage et tout ce travail de recherche que vous partagez avec nous !

Moi aussi, j'aime bien En Sol et j'imagine que Myriam Ould Braham et Matthias Heymann y seront très bien, entre leur belle danse, leur partenariat excellent et leur fraîcheur. Je vous envie d'aller les voir !
Revenir en haut
Valérie Beck
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 5 188
Localisation:
Féminin

MessagePosté le: Dim 23 Avr - 13:15 (2017)    Sujet du message: Autour de en Sol de Robbins, de la Valse, du Boléro, de Ravel, de Chanel, du train bleu, du jazz et du music hall etc!... Répondre en citant

Merci Bilboette! 
_________________
mon blog de danse http://www.shabastet.com/

Formation personnelle de yoga en 3 ans, de professeur en 4 ans et de yoga nidra en 2 ans
http://www.art-et-yoga.fr/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Valérie Beck
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 5 188
Localisation:
Féminin

MessagePosté le: Lun 24 Avr - 19:02 (2017)    Sujet du message: Autour de en Sol de Robbins, de la Valse, du Boléro, de Ravel, de Chanel, du train bleu, du jazz et du music hall etc!... Répondre en citant

Voici une petite analyse musicale 1er mouvement!
J'ai mis le minutage pour que vous puissiez lire et écouter en vous repérant!
L'analyse du 1er mouvement est faite d’après cette video : https://www.youtube.com/watch?v=oa9cfqzKcms
Ce concerto est un véritable « trompe-oreille » qui commence à :

1ère partie
1 :00 avec un coup de fouet qui lance une petite fanfare qui gazouille comme des gamins à la sortie de l’école, soutenue par un piano volubile, qui tout de suite après un petit motif joué au hautbois
1 :39,
bifurque sans prévenir vers une mélancolique confidence toute orientalisante, comme une auto qui aurait tout à coup complètement changé de direction : voilà notre personnage principal qui monologue, sur un tout autre tempo et c’est tout Ravel, de passer d’une musique sautillante et tout en contre-temps à un clair-obscur étrange et mélancolique, qui brise l’air de rien l’élan premier pour cacher un triple fond ; car aussitôt, un thème très jazzy et descendant vient interrompre cette confidence comme pour relancer l’enjouement du début – 1 :59 mais peines perdues, le piano reprend presque aussitôt ses gargouillis musicaux, longues plaintes comme venues du désert – plus que de la Nouvelle Orléans ! – puis, deuxième interruption à l’orchestre avec les phrases descendantes jazzy aux vents 2 :19 coupées aussitôt par la suite du monologue qui devient franchement oriental et qui s’étire jusqu’à la minute 2 :50 vers une de ces phrases pleine de tendresse que seul Ravel sait écrire ; mais cette tendresse qui se déploie, comme une onde douce et triste, est contredite par les contretemps dans l’aigu du clavier, histoire de leur soustraire toute sentimentalité, Ravel se refusa à faire son Chopin, comme l’exige son époque ; il met de la distance entre lui et ses émotions, et s’il s’abandonne aux premières, il fait une pirouette pour dresser un écran d’humour entre elles et lui ; il reprend cette façon de faire plusieurs fois avec des commentaires de l’orchestre et ce rythme rappelle ces cake-walk, danses de music-hall elles mêmes inspirées du jazz, comme celle de la Théière dans l’enfant et les Sortilèges. La conclusion de ce monologue du piano est pleine d’une délicate tendre que l’orchestre amplifie dès 3 :25

En à peine de 2 minutes 50 de musique, Ravel est déjà passé par mille nuances, l’air de rien, saupoudrant son œuvre, fille de Mozart et Chopin, de référence dansantes et jazzy de son temps ; et après le crescendo à la trompette, voilà que la folle course du début reprend, plus vive que jamais :

3 : 40
. Piano virtuose s’il en est ! Reprise donc du thème du début entrecoupé des phrases jazzy descendantes au piano et à l’orchestre mais plus rapides à présent. Les thèmes sont abondamment transposés. L’impression d’une montée progressive vers l’aigu. Le climax est atteint à la 4 :50, après un passage virtuose du piano avec le retour du thème du début, tout clinquant et pétillant.

Reprise de la première partie mais variée
5 :10
Et revient donc toute la première partie. Sauf que cette fois ci les phrases jazzy sont jouées au piano et non plus aux vents
5 :30
L’étrangeté orientale venue du désert est renforcée par la harpe 5 :40 avec des harmoniques qui se superposent au piano.
On croirait entendre le vent !
Tout se suspend à 6 :06 ; on croit que quelque chose d’autre va commencer, mais non, il y a les réponses déjà entendues des cors tandis que les autres bois reprennent les gammes de la harpe ; c’est un passage très onirique et d’une habileté incroyable !
7 :01 Et à nouveau le thème à la Chopin agrémenté de trilles  C’est bizarre, mais beau, et le thème se déploie tout enguirlandé de trilles.
A 7 :57 l’orchestre amplifie cette tendre phrase d’une longueur à la Proust !


Conclusion

Et à 8 :25 commence la toccata, c'est-à-dire que le piano fait entendre un festival de notes très rapides qui lance une espèce d’exultation complètement jubilatoire dans lequel il reprend le 1er thème, tandis que quelques solistes de l’orchestre lui repondent, puis tout l’orchestre ;
9 :00 retour de la fanfare
Quelque chose de sauvage s’empare alors du piano, et tout s’achève avec la descente d’une gamme en Sol.

Ravel  s’autorise une grande liberté de ton dans ce premier mouvement qui juxtapose deux parties identiques, mais avec des variations d'orchestration. Par ailleurs, il manie comme personne des changements abruptes de tempi, d’émotion, de style.
Il faut vraiment savoir écrire la musique pour que le tout ne soit pas une infâme bouillie inécoutable ! Tout au contraire, la maîtrise est telle que la liberté dont regorge cette œuvre fait qu’on peut l’écouter tout au long de sa vie sans jamais sans lasser, tant la musique se renouvelle à l’intérieur d’elle-même sans s’égarer ; du grand art ! Tout y est ; inspiration, poésie, virtuosité, rythme, réponses variées de l’orchestre ; orchestration, phrasés…. Chapeau bas, Mr Ravel !

Il est très rare à l'intérieur d'un même mouvement de changer aussi brusquement de tempo, de gamme de sentiments, de phrases, d'attaques, autrement dit, de faire entendre mille humeurs qui semblent n'avoir aucun lien entre elle, et pourtant, de donner à l'auditeur un profond sentiment de cohérence, d'unité.
_________________
mon blog de danse http://www.shabastet.com/

Formation personnelle de yoga en 3 ans, de professeur en 4 ans et de yoga nidra en 2 ans
http://www.art-et-yoga.fr/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Valérie Beck
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 5 188
Localisation:
Féminin

MessagePosté le: Hier à 17:30 (2017)    Sujet du message: Autour de en Sol de Robbins, de la Valse, du Boléro, de Ravel, de Chanel, du train bleu, du jazz et du music hall etc!... Répondre en citant

Aujourd'hui, un regard sur les deux mouvements suivants :

Le second mouvement de ce concerto,
absolument sublime avec son thème joué au piano dans une mesure à trois temps dès le début, - piano qui reste seul en scène pendant trois minutes avant d'être rejoint par la douceur ineffable des bois  et notamment la lumière de la flûte traversière - va utiliser les simples variations - rien de plus beau dans le retour du thème que le contrechantdu hautbois, on reste dans une forme ABA
Pour le troisième, on dirait presque de la musique de " cartoon"!
Le piano galope allègrement, les bois ricanent et cancanent, tout le monde court après tout le monde; les trombones s'encanaillent! Personne ne se prend plus au sérieux! On a un début à la " western" et à partir de là, le piano galope non stop poursuivi par tout le reste de l'orchestre avec un dialogue entre le soliste et l'orchestre plein d'humour.
SI ce n'était Ravel, on basculerait dans le grotesque à la Milhaud avec son goût pour le cirque et le music hall, mais justement c'est Ravel! La musique reste donc égale à elle même, merveilleusement maîtrisée même dans le pastiche!
On comprend devant la virtuosité du piano pourquoi Ravel a renoncé lui même à jouer son concerto!

En même temps qu'il composait cette œuvre à la fois solaire, vive, trépidante, mais aussi mélancolique et rêveuse , naissait le sombre concerto pour la main gauche, dont les voix s'élèvent des  profondeurs abyssales de l'orchestre qui gronde  avant d'expulser tout à coup le piano, qui semble être  le survivant d'un monde disparu. Tout autre ambiance!
 
Cette oeuvre qui n'était pas prévue pour être danser - comme la Valse, ou Daphnis et Chloé, ou le Boléro - Robbins l'a parfaitement comprise et a su la mettre au diapason de la chorégraphie du Train Bleu, par exemple, de NIjinska sur une musique de Darius Milhaud ( Décor Picasso, Costumes Chanel)
C'est un clin d'oeil intelligent et plein d'humour sur lequel je reviendrai demain!
_________________
mon blog de danse http://www.shabastet.com/

Formation personnelle de yoga en 3 ans, de professeur en 4 ans et de yoga nidra en 2 ans
http://www.art-et-yoga.fr/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Valérie Beck
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 5 188
Localisation:
Féminin

MessagePosté le: Hier à 17:43 (2017)    Sujet du message: Autour de en Sol de Robbins, de la Valse, du Boléro, de Ravel, de Chanel, du train bleu, du jazz et du music hall etc!... Répondre en citant

PS : juste pour vous signaler la partition piano-orchestre gratuite à télécharger si cela vous intéresse!
_________________
mon blog de danse http://www.shabastet.com/

Formation personnelle de yoga en 3 ans, de professeur en 4 ans et de yoga nidra en 2 ans
http://www.art-et-yoga.fr/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Elisabeth


Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 2 343
Localisation: Orléans
Féminin

MessagePosté le: Hier à 19:30 (2017)    Sujet du message: Autour de en Sol de Robbins, de la Valse, du Boléro, de Ravel, de Chanel, du train bleu, du jazz et du music hall etc!... Répondre en citant

Mais c'est formidable cette analyse, Valérie !

Un grand merci à vous.

J'ai vu Aurélie Dupont et Nicolas Le Riche dans en Sol et c'était un grand moment.
Revenir en haut
Valérie Beck
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 5 188
Localisation:
Féminin

MessagePosté le: Hier à 20:51 (2017)    Sujet du message: Autour de en Sol de Robbins, de la Valse, du Boléro, de Ravel, de Chanel, du train bleu, du jazz et du music hall etc!... Répondre en citant

 
Citation:
 J'ai vu Aurélie Dupont et Nicolas Le Riche dans en Sol et c'était un grand moment.

J'imagine, c'est eux qui auraient dû être filmés!
_________________
mon blog de danse http://www.shabastet.com/

Formation personnelle de yoga en 3 ans, de professeur en 4 ans et de yoga nidra en 2 ans
http://www.art-et-yoga.fr/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Valérie Beck
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 5 188
Localisation:
Féminin

MessagePosté le: Hier à 20:51 (2017)    Sujet du message: Autour de en Sol de Robbins, de la Valse, du Boléro, de Ravel, de Chanel, du train bleu, du jazz et du music hall etc!... Répondre en citant

Merci Elisabeth! 
_________________
mon blog de danse http://www.shabastet.com/

Formation personnelle de yoga en 3 ans, de professeur en 4 ans et de yoga nidra en 2 ans
http://www.art-et-yoga.fr/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Joseph


Hors ligne

Inscrit le: 24 Mai 2016
Messages: 57
Masculin

MessagePosté le: Hier à 21:51 (2017)    Sujet du message: Autour de en Sol de Robbins, de la Valse, du Boléro, de Ravel, de Chanel, du train bleu, du jazz et du music hall etc!... Répondre en citant

Passionnant décryptage de cette magnifique oeuvre, merci Valérie ! Je me suis laissé porter    
Heureux de retrouver vos petites "chroniques artistiques"
Quand je vois qu'en une semaine je n'ai pas réussi à finir le minuscule message que je veux publier sur Arepo, je me demande comment vous faites pour nous sortir tout cela 


J'avais commencé à regarder En Sol avec Marie-Agnès Gillot et Florian Magnenet, mais impossible de me concentrer, je ne sais pas quoi mais quelque chose me dérangeait chez les solistes, je n'arrivais ni à m'imprégner de la chorégraphie, ni à me laisser porter par la musique. Je crois que ce répertoire ne sied pas très bien à Marie-Agnès Gillot. J'ai stoppé directement la vidéo.
J'avais voulu regarder cette pièce car dans le film de Cédric Klapisch Aurélie Dupont, l'espace d'un instant, la danseuse alors enceinte espère être de retour pour interpréter En Sol qu'elle rêve de danser (elle ne sera pas là à temps et reviendra dans Raymonda), j'étais intrigué.
Je ne voulais donc pas gâcher ma première approche d'En Sol et l'ai ai mis de coté pour plus tard.. il est donc temps de le ressortir Wink


Quelle chance vous avez de voir la divine Myriam Ould-Braham dans cette oeuvre, et Elisabeth quelle chance d'avoir vu Le Riche et Dupont. Je vous envie   
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:03 (2017)    Sujet du message: Autour de en Sol de Robbins, de la Valse, du Boléro, de Ravel, de Chanel, du train bleu, du jazz et du music hall etc!...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    dansespluriel Index du Forum -> Les spectacles et les festivals -> Opéra de Paris Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com