dansespluriel Index du Forum dansespluriel
forum consacré aux danses, tous styles
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Balanchine/Teshigawara/Bausch Opéra Garnier 24/10-16/11 2017
Aller à la page: <  1, 2, 3
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    dansespluriel Index du Forum -> Les spectacles et les festivals -> Opéra de Paris
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Elisabeth


Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 2 492
Localisation: Orléans
Féminin

MessagePosté le: Lun 13 Nov - 12:12 (2017)    Sujet du message: Balanchine/Teshigawara/Bausch Opéra Garnier 24/10-16/11 2017 Répondre en citant

Eh bien Valérie, quelle aventure !

Heureusement, que les gens ne sont pas aussi indifférents que l'on pense et qu'ils vous ont porté secours.

Citation:
la présence charismatique du couple Paquette-Ould-Braham


J'espère qu'ils auront encore l'occasion de danser ensemble avant le départ de Karl Paquette.

Je les avais vus dans Duo Concertant et j'avais écrit : "Myriam Ould-Braham et Karl Paquette , couple d'Etoiles avec un grand E, sont absolument envoûtants".

J'attends votre compte-rendu avec impatience, d'autant plus que j'ai fait l'impasse sur cette soirée.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 13 Nov - 12:12 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Cams


Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 793
Localisation: Palaiseau
Féminin

MessagePosté le: Lun 13 Nov - 16:48 (2017)    Sujet du message: Balanchine/Teshigawara/Bausch Opéra Garnier 24/10-16/11 2017 Répondre en citant

Ah ça il faut être motivé pour être un balletomane en plein automne! Heureusement rien de grave. Hâte de lire vos impressions
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Valérie Beck
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 5 600
Localisation:
Féminin

MessagePosté le: Lun 13 Nov - 19:20 (2017)    Sujet du message: Balanchine/Teshigawara/Bausch Opéra Garnier 24/10-16/11 2017 Répondre en citant

Voilà, quelques mots sur la représentation du 12 novembre!

          

          

Agon, que je n’avais jamais vu sur scène, m’était étrangement familier à cause d’un livre qu’on m’avait offert enfant à la fin des années 1960, dans lequel figurait cette photo que j’ai détaillée dans tous les sens, récréant peu à peu à partir de ce seul cliché tout un ballet que j’imaginais résolument « moderne ». En le découvrant pour la première fois 50 ans plus tard, je constate qu’il est plus sage que ce j’avais imaginé, mais qu’il maintient tout au long de sa narration la curiosité du spectateur. Dans le premier pas de trois, la lumineuse Charline Giezendanner donne avec Aubane PHilbert la réplique à un Germain Louvet un peu sage; la danse est assurément belle mais on n’est pas très sûr qu’ils racontent bien tous la même histoire, qui oscille entre fêtes galantes à la Watteau, et rébus à trouver. Lorsque les trois artistes saluent à la fin de leur trio, ils semblent nous dire « On vous a bien eu ».  Puis Paul Marque et Pablo Legasa sont les chevaliers servants-fervents d’une Hannah O Neil mutine à souhait, tout en coup d’œil espiègles et jeux de pointes qui jouent à chat avec ses serviteurs ; leur gaieté est contagieuse, et leur danse, légère comme de la barbe à papa ; mais Ould Braham et Paquette renversent cet état de choses et apportent une intensité sur scène palpable ; l’air devient plus dense, la scène rétrécit  comme dans un conte, et la belle Myriam, sensuelle comme jamais, fait languir Karl Paquette en lui décochant des œillades qui tour à tour l’appellent, proposent, commandent, repoussent, ordonnent, implorent. Langueur et plaisir envahissent peu à peu la scène et suspend le temps : un moment vraiment inoubliable.
J’en ai trouvé cette pièce trop courte !

          

          

Il faut changer d’ambiance avec Grand Miroir de Teshigawara,  chorégraphié sur un concerto pour violon récemment créé qui n’a rien de bien nouveau mais reste agréable à l’oreille. Pendant trente minutes, on sent qu’un drame couve, mais jamais il n’explose. Des scènes s’enchaînent les unes aux autres, et certaines sont poignantes, comme lorsque la fragile Lydie Vareilhes danse douloureusement, se contorsionne comme si elle mourrait à petit feu,  tandis qu’en arrière-plan le groupe sort de l'ombre et  indifférent à son sort, répète à l’infini une immense pavane macabre ; on pense alors à Dream de Kurosawa et à cette étrange Tunnel dans lequel un soldat retrouve ses camarades morts au combat.
Dans d’autres passages, l’intensité dramatique de Juliette Hilaire donne vie la musique, et celle-ci semble jaillir de son corps : c’est juste fascinant et on ne peut plus détacher les yeux de cette danseuse qui montre une puissance surhumaine et toujours musicale : étonnant!  A un autre moment, la poétique silhouette d’un Mathieu Ganio rongé par des souvenirs hallucinés, ondule bizarrement. Un climax approche, on attend d’être emporté, mais l’œuvre ne trouve malheureusement pas son point culminant, elle s'effiloche et se disperse comme des nuages sans que l'orage attendu, n'éclate puis se termine en queue de poissons  et on est un peu frustré malgré la beauté et/ou l’intensité de biens des passages et l'exceptionnel talent des artistes.

          

          

Et puis vient le Sacre, qui m’avait laissée presque aussi anéantie que les danseurs en 2010 avec Kudo en Elue. Là, rien de tel, jamais on ne ressent de fatigue, les danseurs semblent tous super en forme jusqu'à la fin malgré des respirations qu'on sent forcées ! De plus, la musique n’est pas du tout tellurique sous la baguette de Benjamin Shwartz, qui étouffe  les bois, musèlent les percussions ; il retient tant et plus son orchestre, que les deux - danseurs et musiciens - ne se rencontrent jamais.  Ainsi, c’est plus la beauté des ensembles des filles et des garçons qui séduit, que le drame qui se joue qui saisit ( un comble pour une œuvre comme celle-ci !) A la fin, Baulac danse sa rage et non son désespoir d’avoir été choisie, et cela fait une différence car elle n'est pas l'élue qu'on plaint à cause de son désespoir, mais celle qui fascine par sa  précision rythmique, sa danse tout en nerfs, sa colère rageuse qui explose d’un seul coup ; pas l’ombre d’une fatigue, d’une plainte, d’une douleur. Non, la rage à l’état pur. Mais malheureusement, ce final explosif tombe à plat, car la transe finale n’a été préparée ni pas le groupe, bondissant et lyrique, ni par l’orchestre mollasson et muselé. Dommage. Malgré tout, j’ai admiré chacun et chacune, sans jamais entrer dans l’œuvre, juste spectatrice impassible, heureuse de voir tous ces merveilleux artistes jouer dans ce bac à sable géant, avec le regard émue d'une mère qui regarde ses enfants jouer !  Et je les ai vus jouer ensemble sans que jamais je n'ai pu ressentir de compassion, de peur, de tremblement, de déchirement intérieur. 
 
 
   
En comparaison, voilà ce que j'écrivais il y a sept ans après avoir vu l'oeuvre; assurément, ça aurait été impossible hier!   

   
 
Citation:


  Les émotions – la peur, l’angoisse, la soumission et son refus – sont palpables tout au long du ballet

Pina a su créer – comme pour Orphée d’ailleurs – un langage simple qui tient en la répétition d’un certain nombre de phrases chorégraphiques qui collent parfaitement à la musique

Martellement du sol avec le pied, - sol couvert de terre- jeux de bras presque primitifs, corps qui se relâchent vers le bas,  en différentes secousses, sauts qui tentent de s’en libérer pour mieux   retomber.

 

L’art de Pina réside non seulement dans l’économie de moyens, mais dans la façon simple qu’elle a de suivre la musique : elle marque les accents, elle glisse sur le reste

Ainsi les accents des percussions retentissent dans les corps, qui oscillent, vibrent, martèlent, sont pris de spasmes

Mais le tout esthétiquement, reste beau… 
car la ligne des corps reste  lisible et fluide,   les mouvements des filles sont moelleux à souhait, et jamais les garçons ne dansent en force.
A la fluidité des corps fait  écho la fluidité des cordes de l’orchestre, comme si c'était les gestes des danseurs qui commandaient la musique et non l'inverse.   La polytonalité des bois et des cuivrent créent des lignes comme aléatoires sur la scène

  Pina a un sens  de l’espace   extraordinaire !

Tout se décentre, mais rien ne se mélange ; la lisibilité du propos est parfaite

Femmes et hommes s’opposent jusqu’à en créer un puissant malaise mais en même temps s’entremêlent, se cherchent, se fuient, se complètent, se repoussent,  se violentent mais et créent   ensemble une immense ronde où les couples s’apprivoisent pour un court moment

Le centre de la scène disparaît sans que l’ordre ne soit anarchie

 




   

_________________
Formation personnelle de yoga en 3 ans, de professeur en 4 ans et de yoga nidra en 2 ans
suivi et programme sur mesure
http://www.art-et-yoga.fr/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Valérie Beck
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 5 600
Localisation:
Féminin

MessagePosté le: Mar 14 Nov - 18:56 (2017)    Sujet du message: Balanchine/Teshigawara/Bausch Opéra Garnier 24/10-16/11 2017 Répondre en citant

 Compte rendu sur mon blog

J'aurais bien aimé revoir Agon! Mais je n'aurai pas l'occasion d'y retourner!
_________________
Formation personnelle de yoga en 3 ans, de professeur en 4 ans et de yoga nidra en 2 ans
suivi et programme sur mesure
http://www.art-et-yoga.fr/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Val


Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2015
Messages: 663
Féminin

MessagePosté le: Mer 15 Nov - 16:18 (2017)    Sujet du message: Balanchine/Teshigawara/Bausch Opéra Garnier 24/10-16/11 2017 Répondre en citant

Les hasards de calendriers ont fait que je ne pouvais voir que les deux dernières représentations de cette série alors que d’habitude, je vais plutôt aux premières. J’ai hésité à ne faire qu’un compte rendu demain, mais finalement, j’ai préféré mettre d’abord mes impressions sur cette première soirée.
Agon. Je ne suis toujours pas convaincue par Balanchine, même si celui-ci est assez diversifié pour ne pas être terriblement ennuyeux comme ceux que l’on a vu récemment. Le trio formé de Dorothée Gilbert, Audric Bezard et Florian Magnenet a retenu mon attention. Les deux garçons en « jettent », elle est à la fois technicienne et mutine à souhait. Ce n’est presque plus de la danse mais du show… L’autre pas de trois est beaucoup moins intéressant, notamment parce que Sae Eun Park et Hannah O’Neill ne sont jamais ensemble, Mathieu Ganio en service minimum, mais il faut dire que ce qu’il danse n’est guère intéressant. Amandine Albisson est comme toujours très bien dans ce genre de ballet acrobatique qui met en valeur ses lignes sinueuses et son regard froid. Karl Paquette est un bon partenaire, un peu distant toutefois. Les ensembles sont ridicules (la pose « idiot du village », mais quelle idée !?!?!) mais heureusement très courts.
Le Teshigawara… Je crois que je n’aime pas Teshigawara. C’est le troisième qui entre au répertoire et même étalés sur 10 ans, c’est peut-être assez ? Dans le précédent, les danseurs se secouaient dans des loques, ici, retour aux années 70 avec des couleurs psychédéliques sur le corps. Germain Louvet fait son jogging avec application mais sans compter, Mathieu Ganio à l’inverse se ménage plus mais essaie d’être inspiré, Lydie Vareilhes parodie Kylian et Juliette Hilaire a l’air d’un coureur de fond le « nez dans le guidon »… Le concerto pour violon d’Esa Pekka Salonen est une œuvre vraiment mineure qu’il n’était nul besoin d’exhumer…
Je n’attendais rien des œuvres précédentes mais du Sacre, si… Or, grande déception. Rien ne m’a plu dans ce que j’ai vu hier. Musique plutôt molle, pas assez pêchue et contrastée, peut-être cela explique cela mais le corps de ballet me paraît bordélique, pas franchement planté dans la terre, et Léonore Baulac pas du tout en phase avec la musique. J’avais en souvenir, pas si lointain quand même -2015- de hargne, de fureur, de grandeur presque, et là, pétard mouillé. Des petites mines feignants la terreur, des gestes appliqués, des sauts mécaniques, même Caroline Bance ou Alice Renavand semblaient danser « petit », Mathieu Botto ou Nicolas Paul un peu en dedans, je ne parle même pas de Léonore Baulac qui me semble être passée totalement à côté de cette variation iconique… Je regrette vraiment de ne pas avoir vu Alice Renavand, j’espère voir Eleonora Abbagnato demain pour me relever de cette terrible déception.
Revenir en haut
Valérie Beck
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 5 600
Localisation:
Féminin

MessagePosté le: Mer 15 Nov - 19:54 (2017)    Sujet du message: Balanchine/Teshigawara/Bausch Opéra Garnier 24/10-16/11 2017 Répondre en citant

Val, je vous rejoins à 200 cents pour cent sur le Sacre " bac à sable géant" où chacun s'amuse à se faire peur ou à avoir peur, mais personne n'y croit!
Je vous trouve un peu dure avec Balanchine, mais la distribution du 12 était vraiment superbe et visiblement la vôtre n'avait pas le même poids
Et un peu dure aussi avec le Saburo ( que j'aime bien dans l'ensemble, j'avais adore Air et Blakes horses pour faire court)
Mais en tous cas, votre plume enlevée et désenchantée pour cette soirée-là en particulier m'a bien amusée! Okay
_________________
Formation personnelle de yoga en 3 ans, de professeur en 4 ans et de yoga nidra en 2 ans
suivi et programme sur mesure
http://www.art-et-yoga.fr/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Pink Kitten


Hors ligne

Inscrit le: 27 Sep 2016
Messages: 174
Féminin

MessagePosté le: Jeu 16 Nov - 12:03 (2017)    Sujet du message: Balanchine/Teshigawara/Bausch Opéra Garnier 24/10-16/11 2017 Répondre en citant

Valérie, encore désolée de ne pas avoir descendu tous les étages pour aller vous dire bonjour à l'entracte. Vu l'état dans lequel je suis quand j'arrive en haut, une fois que je suis assise, je ne bouge plus jusqu'à la fin du spectacle. Et j'ignorais que votre arrivée tardive était due à une chute. J'espère que vous n'êtes pas couverte de bleus, maintenant.

Val, vos critiques sont toujours tellement pleine d'humour que, même quand on aime ce (et ceux) que vous avez détesté, on ne peut pas s'empêcher de rire.

Merci à vous deux de partager vos impressions.
_________________
Pas besoin de savoir danser pour admirer la danse. Il suffit de savoir apprécier ce qui est beau.
Revenir en haut
Val


Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2015
Messages: 663
Féminin

MessagePosté le: Jeu 16 Nov - 15:25 (2017)    Sujet du message: Balanchine/Teshigawara/Bausch Opéra Garnier 24/10-16/11 2017 Répondre en citant

L'art n'est pas un combat, l'humour est une distanciation adéquate
L'opéra annonce que Valentine Colasante remplace Eleonora dans le Sacre ce soir, j’avoue ne pas avoir le courage d’affronter Agon et le Teshigawara pour voir si le Sacre me plait davantage avec Valentine qu’avec Léonore. Je mets ma place en vente sur la bourse.
Revenir en haut
Valérie Beck
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 5 600
Localisation:
Féminin

MessagePosté le: Jeu 16 Nov - 22:26 (2017)    Sujet du message: Balanchine/Teshigawara/Bausch Opéra Garnier 24/10-16/11 2017 Répondre en citant

C'est donc la dernière ce soir, j'espère que vous aurez pu revendre votre place, Val!

@ Pink Kitten : nous nous verrons dans de meilleures conditions; et oui, je suis couverte d’ecchymoses, mais heureusement, rien au visage! J'ai eu beaucoup de chance! Okay
_________________
Formation personnelle de yoga en 3 ans, de professeur en 4 ans et de yoga nidra en 2 ans
suivi et programme sur mesure
http://www.art-et-yoga.fr/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:33 (2017)    Sujet du message: Balanchine/Teshigawara/Bausch Opéra Garnier 24/10-16/11 2017

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    dansespluriel Index du Forum -> Les spectacles et les festivals -> Opéra de Paris Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3
Page 3 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com