dansespluriel Index du Forum dansespluriel
forum consacré aux danses, tous styles
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Autour de Cendrillon de Rudolf Noureev : quelques points de repère.
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    dansespluriel Index du Forum -> Les spectacles et les festivals -> Opéra de Paris
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Valérie Beck
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 6 090
Localisation:
Féminin

MessagePosté le: Mar 9 Oct - 08:16 (2018)    Sujet du message: Autour de Cendrillon de Rudolf Noureev : quelques points de repère. Répondre en citant

Voici une présentation " générale " de l'oeuvre qui sera, si j'ai le temps, complétée au fur et à mesure!


Cendrillon de Noureev est un drôle de ballet : créé sur mesure pour Guillem par Noureev, il avait été capté en 1987 avec Guillem – Loudières- Guérin – Jude  et Noureev lui-même dans le rôle du producteur. Jamais, hélas, réédité en DVD, alors que la captation est superbe !
J’ai usé cette VHS ; Guillem, 22 ans, y  incarne une Cendrillon modeste et douce qui désire coûte que coûte devenir actrice ; pas par rêve de gloire, car l’on sent la jeune fille rêveuse et simple, mais parce que viscéralement, c’est une vocation… Guillem a ce talent inouï, de faire comprendre qui est son personnage en profondeur et ce qu’elle veut : cette vocation   lui permet d’accepter la dureté de sa vie ; douce, gentille, généreuse, elle est maltraitée par ses sœurs et sa marâtre et ne parvient pas à arracher son père à l’alcool. Aussi,  près de l’âtre, elle déplie l’affiche du Kid de Chaplin pour se réconforter, car l’amour du 7ème art qu’elle a chevillé au corps l’aide à tout surmonter… grâce au producteur qui atterrit  « par accident » chez elle, ce rêve se réalise, le producteur jouant le rôle  providentiel de la fée : parée comme une reine, elle s’y rend pour tourner un bout d’essai. Sa descente du grand escalier (comme dans les comédies musicales américaines) entourée de photographes qui d’instinct devinent en elle la star en puissance est un réel moment de poésie.  Sauf que, elle est portée par les photographes et déploie ses jambes en grand jeté, comme si le rêve ne s'était pas encore véritablement réalisé. Là, elle fait la connaissance d’un jeune premier dont elle tombe amoureuse, mais se voit contrainte de quitter les studios, car les "heures sonnent" et lui intiment l’ordre de retourner chez sa marâtre. De retour dans son logis,  elle n’oublie rien de ce qu’elle a vécu. Son corps se rappelle tout ce qu’elle a appris et elle se met à danser, comme dans un état second,  une serpillière à la main ; elle se reprend, mais quelques instants plus tard, elle recommence… d’ailleurs,  tout au long de l’œuvre, Guillem  se montre intense, espiègle, douce, généreuse, consolatrice,  poétique, glamour, star radieuse,  et bonne à tout faire…  à 22 ans, c’est une actrice née, qui sait utiliser merveilleusement sa technique pour mettre son âme à nu.
 
Noureev bien évidemment a glissé une bonne dose d’humour dans ce ballet 
; il s’y est beaucoup amusé ! Les rôles des « méchantes » sont comiques ; pas questions de tomber dans le «  vérisme » ! En devenant la bonne fée providentielle de Cendrillon,  il déclare  de cette façon  à Guillem qu’il adorait «  j’ai été ta bonne fée, grâce à moi tu es devenue étoile sans en passer par tous les degrés imposés par l’opéra de Paris ». En dansant lui même le rôle du producteur, il dit aussi au public : « voilà, je rends toute sa  magie, toute sa force et sa beauté à l’opéra de Paris, pour le remercier d’être mon port d’attache, moi qui suis un exilé »
A leurs côtés, Guérin et Loudières incarnent les deux sœurs bêtes et méchantes : l’une est teigneuse, raide, disgracieuse à souhait ; l’autre sotte, «  godiche », molle comme une guimauve ; leur duo est inénarrable ! Elles prennent des cours de danse pour se préparer à leur audition dans les studios auprès d’un professeur qui s’arrache les cheveux devant tant d’incapacité ! Leur duo comique est vraiment à hurler de rire si c'est bien dansé, surtout lorsque le professeur vient chez elles et qu'elles se mettent à la barre.
 
 Le rôle du professeur aussi est comique, mais il faut beaucoup de finesse pour l’interpréter.  Ce professeur précieux s'arrache les cheveux de désespoir devant l'incapacité des deux soeurs et devient tout feu follet devant le talent de Cendrillon quand elle danse dans les studios.
Pour séduire le jeune premier, tour à tour, les sœurs le tirent par le bras, et le malheureux se retrouve écartelé entre les deux demoiselles, sous les encouragements de la mère, rôle tenu par un homme (qui souvent s’en donne à cœur joie et fait des pointes avec délices !)   
Charles Jude joue le rôle du jeune premier ; charisme, technique sublime, beau visage, on ne peut rêver mieux ! Ses pas de deux avec Guillem  sont fascinants de poésie, de «glamour » ,de références au cinéma hollywoodien.
 
 
Cette version décalée de Noureev laisse la part belle au comique inspiré des films des années 30 : on se dispute, on se gifle, on se querelle, on se réconcilie.     King Kong, les « musicals » avec Fred astaire et Ginger Rodgers,   Metropolis,   Buster Keaton,   Chaplin,  Ziegfield et ses revues et   tant d’autres sont cités avec humour, amour ou poésie… On rit beaucoup dans Cendrillon. Et quand Guillem danse, le souffle se suspend !
Outre le trio sœurs-mère, un autre trio anime les studios de cinéma : producteur, assistant, metteur en scène, qui se chamaillent sans cesse comme des chiffonniers ! Là aussi, clin d’œil à l’un des films de Buster Keaton où l’assistant est maltraité par le réalisateur !
Noureev qui est arrivé en Occident en 1961 n’a eu qu’une envie : rattraper son «  retard » en matière d’art et de culture ; en URSS, il était impossible d’accéder aux œuvres américaines et à la plupart des œuvres occidentales ; il ne dormait que deux ou trois heures par nuit, à ses retours de spectacles et de fête, et là, il consacrait le reste de ses nuits à lire, à aller au cinéma, ou à découvrir des livres sur des peintres, des artistes de tout genre ; on raconte qu’à un dîner, apprenant qu’un film qu’il n’avait jamais vu passait au cinéma d’à côté, il a quitté la table, est parti voir le film, puis est revenu
Ce côté excessif se retrouve chez Guillem d’une autre façon : elle ne fait les choses que si elle est convaincue par ce qu’elle fait à 300 cent pour cent

L'art comme moyen de dépassement de sa condition première : n'est ce pas le destin même de Noureev?

 
Cendrillon n’est donc pas le ballet «  niais » qu’on peut croire, mais un véritable hymne à l’art comme moyen de dépassement de sa condition première. Noureev comme Guillem le savaient dans toutes les fibres de leur être l’un et l’autre. Lui qui avait quitté sa ville natale, monté dans un train, pris son destin en main sans rien d'autre que sa passion et la certitude de réussir, elle, qui, émerveillée par la scène, avait abandonné la gymnastique pour vivre plus intensément que ce que la vie " ordinaire" propose. En scène, je suis libre, disait-elle autrefois.
 
Les décors montre l’intérieur d’un « bar » très art nouveau  (métal et verre comme le grand Palais) qui sert de cadre de vie à la famille de Cendrillon ; pour les studios de cinéma, une horloge digne des Temps moderne de Chaplin se dresse derrière le grand escalier qui a fait dire à plus d’une starlette «  l’ai-je bien descendu ? » ; au dehors, des gratte-ciels comme ceux qu’on voit dans Métropolis élancent leur silhouette vers le ciel.
 

 

ballet dans son intégralité avec Guillem ICI


_________________
Formation personnelle de yoga en 3 ans, de professeur en 4 ans et de yoga nidra en 2 ans
suivi et programme sur mesure
http://www.art-et-yoga.fr/
http://www.artetyoga.fr/


Dernière édition par Valérie Beck le Mar 9 Oct - 19:03 (2018); édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mar 9 Oct - 08:16 (2018)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Elisabeth


Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 2 856
Localisation: Orléans
Féminin

MessagePosté le: Mar 9 Oct - 09:04 (2018)    Sujet du message: Autour de Cendrillon de Rudolf Noureev : quelques points de repère. Répondre en citant

Merci, Valérie, pour cet éclairage très intéressant.

Et pour le lien que je vais regarder dès que possible.
Revenir en haut
Valérie Beck
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 6 090
Localisation:
Féminin

MessagePosté le: Ven 12 Oct - 09:05 (2018)    Sujet du message: Autour de Cendrillon de Rudolf Noureev : quelques points de repère. Répondre en citant


    

    
Pour commencer, quelques mots sur Prokovieff, compositeur à la vie douloureuse, puisque, né en 1891, il fuit son pays natal lors de la révolution russe ( en 1918), ne trouve pas sa place véritable en Occident ni aux USA ( Stravinsky lui fait de l'ombre et les USA sont peu enclins à se prendre d'amitié pour un compositeur qui les prend musicalement à rebrousse poils)  collabore quand même avec Diaghillev, qui hélas, le prive de son soutien en mourant à Venise. 
   
Il décide de rentrer en URSS marié à une chanteuse d'origine franco-polonaise avec qui il aura deux enfants. D'abord fêté dans son pays, il y sera de plus en plus suspect au fur et à mesure que le régime soviétique fait son nettoyage. La seconde guerre mondiale n'arrange rien. Il fuit  Moscou avec une poétesse, Mira, qui a écrit certains textes de ses œuvres, laissant sa femme et leur deux fils à Moscou, dans une misère cruelle. Son épouse comme nombre d'étrangères n'ayant pas quitté l'URSS,  sera d'ailleurs envoyée en Sibérie et y survivra 8 ans. Elle retournera ensuite à l'ouest et y mourra en 1972.
    
Malgré cette vie douloureuse et tumultueuse, cela n'empêchera pas Prokofiev de composer abondement, parfois dans une misère noire, alternant les œuvres qui flattent le régime ( marches militaires et autres choses du même genre) avec des compositions qui lui tiennent à coeur et dans lesquelles s'expriment toute son originalité.
    
Il écrit aussi beaucoup pour le cinéma ( Alexandre Nevski, Ivan le Terrible)    
Il meurt le même jour que Staline en 1953.
    
Prokofiev, c'est bien sûr l'auteur de Pierre et le Loup ( écrit à la demande du régime comme programme musical pédagogique )    
C'est aussi le compositeur de l'opéra Guerre et Paix ( écrit pendant la seconde guerre mondiale)    
Et c'est bien sûr l'auteur du superbe Roméo et Juliette.    

   
Il dit lui même qu'il a voulu rendre hommage à Tchaïkowsky en composant cette Cendrillon, entreprise pendant la seconde guerre mondiale, puis abandonnée au profit de l'opéra pour être achevé en 1943. Il voulait dans ce ballet, montrer l'amour puissant qui lie Cendrillon et son prince malgré tous les obstacles qui les séparent.
    

_________________
Formation personnelle de yoga en 3 ans, de professeur en 4 ans et de yoga nidra en 2 ans
suivi et programme sur mesure
http://www.art-et-yoga.fr/
http://www.artetyoga.fr/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Valérie Beck
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 6 090
Localisation:
Féminin

MessagePosté le: Sam 13 Oct - 09:29 (2018)    Sujet du message: Autour de Cendrillon de Rudolf Noureev : quelques points de repère. Répondre en citant

Aux origines du conte.


Il semble que ce conte, popularisé par Charles Perrault, Cendrillon et la pantoufle de verre, et les frères Grimm, Aschenputtel, se décline d'une façon ou d'une autre aux quatre coins du monde, et ce depuis l'Antiquité,  avec, en gros, toujours les mêmes éléments : le triomphe de la bonté et le changement de condition, l'enfant ( car il y a des Cendrillons masculines aussi) passant d'une condition misérable à une vie que tous peuvent envier.       
Il y a aussi toujours l'intervention d'une bonne "fée" qui peut prendre différents aspects; ce peut être la mère défunte, ou un personnage qui intervient pour venir en aide à Cendrillon.  Quoiqu'il en soit la jeune fille reçoit toujours de l'aide d'une façon inattendue.
     
Le dénouement sur le pardon change d'un conteur à l'autre : Chez Perrault et d'autres conteurs, Cendrillon pardonne le mal qu'on lui a fait, chez d'autres, les coupables sont cruellement punies, comme chez Grimm où les malheureuses, déjà amputées par leur mère pour pouvoir chausser la pantouffle, finissent aveugles; mais il y a pire, puisque dans certaines versions elles doivent chausser des pantoufles en métal chauffées au rouge jusqu'à ce que mort s'ensuive!  
       
Le mot Cendrillon lui est donné car la jeune fille s'assoit près des cendres, son travail fini. La traduction anglaise est incorrecte, car cendre se traduit par Ash, et Cinder signifie escarbille, ce qui n'est plus du tout poétique, d'autant que la cendre joue aussi un rôle important dans nombres de contes ou de légendes.       
Le mot italien Cenerentola est plus juste puisque Cenere veut dire cendre.       
Chez Perrault, l'une de ses soeurs l'appelle tout simplement cul-cendron... ce qui est d'un goût exquis, n'est ce pas?  
 
   
Il y a eu beaucoup de débats autour de la pantoufle de verre : d'aucun diront qu'il est impossible de danser avec une pantoufle et puis en verre, ne serait ce pas plutôt en vair?  Ce serait oublier les éléments merveilleux qu'on trouve dans les contes  : c'est bien du verre chez Perrault ( et non de la fourrure d'écureuil gris appelée vair) car le verre est fragile comme la jeune Cendrillon qui, passé minuit, retrouve sa condition première. Et c'est bien une pantoufle, puisque la marraine ou la personne qui intervient transforme ce qu Cendrillon possède déjà et la jeune fille n'a que des chaussons pas de chaussures.  
  
    
On comprend d'autant mieux la liberté que s'est accordée Noureev pour créer ce Cendrillon, puisant à la fois dans ce qu'il aimait de tout son coeur déjà évoqué plus haut, et le fourmillement des éléments qu'on trouve dans toutes les versions de part le monde.     C'est  donc avec intelligence et sensibilité qu'il a transposé ce conte, sans trahir son esprit, mais en l'adaptant à ses goûts personnels.
       

       
Mais laissons la parole à Noureev lui même. ( Programme ONP 1986)  

  
 
Citation:

 "Lorsque Petrika Ionesco m’a soufflé l’idée d’une Cendrillon hollywoodienne, j’ai commencé par être très réticent : je craignais une déformation abusive du conte de Perrault. Dois-je regretter que cette suggestion se soit insidieusement glissée dans ma tête, au point de ne plus me lâcher ?  J’ai finalement dit oui, et aussitôt j’ai travaillé à la chorégraphie, en fonction de cette idée.

L’époque est celle des années 30 et 40. Celle d’un moment de la vie de Prokoviev, où rentré dans son pays, l’URSS, il éprouvait pour l’Occident une sourde nostalgie. Cendrillon n’est pas très russe. C’est même ce qu’il a fait de plus occidental. Non seulement la musique dicte le ton, mais les danses sont décalées par rapport au contexte. C’est ce décalage que nous avons voulu rendre, en transposant le conte dans l’univers du cinéma.

Cependant, dans cette version, la mécanique de l’histoire n’a pas changé. On y retrouve les deux sœurs ridicules et diaboliques, la terrible marâtre, le père tiraillé entre sa nouvelle femme et cette jeune fille – Cendrillon – sa fille,  dont il sait bien qu’elle est maltraitée et doit, pour survivre, se réfugier dans le rêve d’une vie qui lui est interdite.

Tout le drame de Cendrillon, c’est la marche du temps, la peur de voir son rêve s’écrouler, son bonheur fuir avec sa jeunesse. C’est pour cela qu’elle se sauve au moment où l’amour la transfigure. Moi-même, je conçois la vie éternelle comme un luxe suprême !

Le ballet Cendrillon est devenu un rêve de cinéma. Un rêve de robe blanche, teintée d’un peu de rose pour rendre hommage à l’innocence, légèrement argentée aussi, parce que Cendrillon est un personnage d’aujourd’hui, elle ne rêve qu’à une chose : devenir star. Dans ma version de Cendrillon, la fée s’est alors métamorphosée en producteur de cinéma, seul personnage de la mythologie moderne capable, par la magie de son art, de transformer une citrouille en carrosserie de voiture. » Rudolf Noureev – 1986



    
  

_________________
Formation personnelle de yoga en 3 ans, de professeur en 4 ans et de yoga nidra en 2 ans
suivi et programme sur mesure
http://www.art-et-yoga.fr/
http://www.artetyoga.fr/


Dernière édition par Valérie Beck le Sam 13 Oct - 11:05 (2018); édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Elisabeth


Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 2 856
Localisation: Orléans
Féminin

MessagePosté le: Sam 13 Oct - 09:55 (2018)    Sujet du message: Autour de Cendrillon de Rudolf Noureev : quelques points de repère. Répondre en citant

Passionnant ...

Cendrillon, ce n'est pas une bluette !!


Citation:
chez d'autres, les coupables sont cruellement punies, comme chez Grimm où les malheureuses, déjà amputées par leur mère pour pouvoir chausser la pantouffle, finissent aveugles; mais il y a pire, puisque dans certaines versions elles doivent chausser des pantoufles en métal chauffées au rouge jusqu'à ce que mort s'ensuive!


Citation:
Chez Perrault, l'une de ses soeurs l'appelle tout simplement cul-cendron... ce qui est d'un goût exquis, n'est ce pas?
Revenir en haut
Elisabeth


Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 2 856
Localisation: Orléans
Féminin

MessagePosté le: Dim 14 Oct - 16:52 (2018)    Sujet du message: Autour de Cendrillon de Rudolf Noureev : quelques points de repère. Répondre en citant

Sylvie Guillem et Charles Jude en répétition avec Patrice Bart dans Cendrillon (sur un compte Instagram "lapetitratdelopera" sur lequel on trouve des trésors)

https://www.instagram.com/p/BnBwIDEgdks/?hl=fr&taken-by=lapetitratdelop…
Revenir en haut
Valérie Beck
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 6 090
Localisation:
Féminin

MessagePosté le: Dim 14 Oct - 17:36 (2018)    Sujet du message: Autour de Cendrillon de Rudolf Noureev : quelques points de repère. Répondre en citant

Merci Elisabeth, c'est extrait d'un documentaire " sylvie au travail", diffusé dans les années 80 ( je crois qu'elle vient de danser la Luna de Béjart à Lille)
C'est mignon, Charles et elle ont la même coiffure! ( j'ai édité pour mettre le lien vers la vidéo devenue très rare et effectivement, elle danse bien la luna, avant!)
_________________
Formation personnelle de yoga en 3 ans, de professeur en 4 ans et de yoga nidra en 2 ans
suivi et programme sur mesure
http://www.art-et-yoga.fr/
http://www.artetyoga.fr/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Valérie Beck
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 6 090
Localisation:
Féminin

MessagePosté le: Jeu 18 Oct - 08:16 (2018)    Sujet du message: Autour de Cendrillon de Rudolf Noureev : quelques points de repère. Répondre en citant

Noureev, s'il a remanié et transposé Cendrillon a Hollywood, a gardé toutefois les éléments " merveilleux" qui signent les contes de fée. Il est en tout autrement chez Rossini, qui avec sa Cenerentola donnée à Rome en 1817, a fait profondément remanier l'histoire.  Ainsi, ce " dramma giocoso", n'emprunte qu'au vraisemblable même si tout est un peu tiré par les cheveux. Pas de fée, pas de citrouille, pas de pantoufle de verre...
Angelina-Cenerentola est tout simplement la fille adoptive d'un grand seigneur qui a deux horribles filles et tout ce petit monde la brutalise à qui mieux mieux mais l'histoire ensuite change considérablement.
Le prince du pays, cherchant une femme digne de lui, se fait passer pour son valet qui lui même se fait passer pour le roi, afin d'aller un peu étudier sur places les prétendantes ; ils recherchent avant tout une femme douce, aimante, au grand coeur.

S'ensuit tout un tas de qui pro quoi comme à chaque fois, et une scène où Don Magnifico, le père, pour devenir le sommelier du Prince, doit goûter trente verres de vin et rester sur ses jambes, ce dont il s'acquitte fort bien et fort joyeusement ( on est en Italie, n'est ce pas???)
La pantoufle est tout simplement remplacé par un bracelet de cristal, car on n'allait quand même pas demander aux chanteuses d'exiber leurs pieds sur scène!

Mais la morale est bien là : douceur et grand coeur, sens du pardon sont les plus belles qualités humaines qui soient!  Car même le père demande pardon pour lui et ses filles. On est en Italie et pas en Allemagne, donc personne ne finit avec chaussures de métal chauffé au rouge! Mr. Green

Angelina-Cendrillon est une mezzo et Rossini a écrit des airs redoutables ( bel canto) mais tellement beaux et certains si joyeux ( non piu mesta! plus jamais tristes!) que les écouter (et les chanter en même temps à plein poumons, même mal!) est un véritables anti dépresseur!
_________________
Formation personnelle de yoga en 3 ans, de professeur en 4 ans et de yoga nidra en 2 ans
suivi et programme sur mesure
http://www.art-et-yoga.fr/
http://www.artetyoga.fr/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Pink Kitten


Hors ligne

Inscrit le: 27 Sep 2016
Messages: 268
Féminin

MessagePosté le: Jeu 18 Oct - 20:29 (2018)    Sujet du message: Autour de Cendrillon de Rudolf Noureev : quelques points de repère. Répondre en citant

Je viens de tout lire. Merci, Valérie ! J'espère que vous aurez le temps d'ajouter d'autres "épisodes" dans les prochaines semaines pour aider à patienter avant de voir le ballet.
_________________
Pas besoin de savoir danser pour admirer la danse. Il suffit de savoir apprécier ce qui est beau.
Revenir en haut
Valérie Beck
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 6 090
Localisation:
Féminin

MessagePosté le: Ven 19 Oct - 08:10 (2018)    Sujet du message: Autour de Cendrillon de Rudolf Noureev : quelques points de repère. Répondre en citant

Merci Pink Kitten! J'essaierai! ( j'ai lâchement laissé le topic fille mal gardée, mais comme il est redonné tous les ans ou deux ans, je complèterai la prochaine fois!)
_________________
Formation personnelle de yoga en 3 ans, de professeur en 4 ans et de yoga nidra en 2 ans
suivi et programme sur mesure
http://www.art-et-yoga.fr/
http://www.artetyoga.fr/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
ileana


Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2012
Messages: 1 171
Localisation: Paris
Féminin

MessagePosté le: Ven 19 Oct - 19:48 (2018)    Sujet du message: Autour de Cendrillon de Rudolf Noureev : quelques points de repère. Répondre en citant

Comme Pink Kitten, je viens de lire tout  le sujet. Merci Valérie, c'est passionnant ! 



A faire lire aux danseurs de l'Opéra ?
_________________
Abonnez-vous à mon blog-feuilleton Histoire du Ballet de l'Opéra au 19ème siècle http://balletopera19eme.canalblog.com/
Revenir en haut
Valérie Beck
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 6 090
Localisation:
Féminin

MessagePosté le: Ven 19 Oct - 20:13 (2018)    Sujet du message: Autour de Cendrillon de Rudolf Noureev : quelques points de repère. Répondre en citant

Merci Iléana!




cool Wink Okay
 
Citation:
 
A faire lire aux danseurs de l'Opéra ?

_________________
Formation personnelle de yoga en 3 ans, de professeur en 4 ans et de yoga nidra en 2 ans
suivi et programme sur mesure
http://www.art-et-yoga.fr/
http://www.artetyoga.fr/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
ileana


Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2012
Messages: 1 171
Localisation: Paris
Féminin

MessagePosté le: Ven 26 Oct - 12:34 (2018)    Sujet du message: Autour de Cendrillon de Rudolf Noureev : quelques points de repère. Répondre en citant

J'apporte ma (modeste Wink ) contribution : en russe, Cendrillon se dit


Золушка (zolouchka).


Aucun rapport avec cendres, qui se dit пепел (pipel) ou прах (prakh).

_________________
Abonnez-vous à mon blog-feuilleton Histoire du Ballet de l'Opéra au 19ème siècle http://balletopera19eme.canalblog.com/
Revenir en haut
Valérie Beck
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 6 090
Localisation:
Féminin

MessagePosté le: Ven 26 Oct - 18:33 (2018)    Sujet du message: Autour de Cendrillon de Rudolf Noureev : quelques points de repère. Répondre en citant

Ah, j'adore!!!!! Merci Iléana!
Je me suis mise au sanskrit il y a sept mois mais je ne sais dire ni Cendrillon ni cendre, hélas! Mr. Green
_________________
Formation personnelle de yoga en 3 ans, de professeur en 4 ans et de yoga nidra en 2 ans
suivi et programme sur mesure
http://www.art-et-yoga.fr/
http://www.artetyoga.fr/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
ileana


Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2012
Messages: 1 171
Localisation: Paris
Féminin

MessagePosté le: Ven 26 Oct - 22:06 (2018)    Sujet du message: Autour de Cendrillon de Rudolf Noureev : quelques points de repère. Répondre en citant

Faites comme moi, Valérie, axez votre apprentissage en priorité sur le vocabulaire de la danse ! (Bon j'avoue que le russe doit s'y prêter mieux que le sanskrit ! Wink )
_________________
Abonnez-vous à mon blog-feuilleton Histoire du Ballet de l'Opéra au 19ème siècle http://balletopera19eme.canalblog.com/
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:52 (2018)    Sujet du message: Autour de Cendrillon de Rudolf Noureev : quelques points de repère.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    dansespluriel Index du Forum -> Les spectacles et les festivals -> Opéra de Paris Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
snowSilver style by Daniel Briant 2004