dansespluriel Index du Forum dansespluriel
forum consacré aux danses, tous styles
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

le Ballet de l'Opéra de Paris - exposition à l'Opéra Garnier jusqu'au 1er septembre 2013

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    dansespluriel Index du Forum -> Autres passions -> Expositions
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Elisabeth


Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 2 443
Localisation: Orléans
Féminin

MessagePosté le: Dim 18 Aoû - 13:30 (2013)    Sujet du message: le Ballet de l'Opéra de Paris - exposition à l'Opéra Garnier jusqu'au 1er septembre 2013 Répondre en citant

Courez vite à cette exposition avant qu'il ne soit trop tard.
Outre une belle galerie de photos de nos Etoiles dans les espaces publics de Garnier ("Le chemin des Etoiles"), l'exposition en elle-même retrace l'histoire du ballet de l'Opéra de Louis XIV à nos jours.
Compte-rendu à suivre.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 18 Aoû - 13:30 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Elisabeth


Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 2 443
Localisation: Orléans
Féminin

MessagePosté le: Lun 19 Aoû - 11:36 (2013)    Sujet du message: le Ballet de l'Opéra de Paris - exposition à l'Opéra Garnier jusqu'au 1er septembre 2013 Répondre en citant

LE BALLET DE L’OPERA, exposition à l'Opéra Garnier.

Citation:
Tous les jours, de 10 heures à 17 heures et de 10h à 18h du 16 juillet au 1er septembre
(sauf fermetures exceptionnelles)


En fait, il y a deux expositions. L’une, qui rend hommage à nos Etoiles et qui est composée de photos, intitulée : « le chemin des Etoiles », l’autre qui relate l’histoire du ballet de l’Opéra de Paris et de son école.
Des photos, la plupart en noir-et-blanc, représentent chaque étoile depuis Yvette Chauviré jusqu’à Eléonora Abbagnato, et ceci sur trois étages. On commence par les anciens pour finir à l’actualité.
Dommage que les rôles dans lesquels sont photographiés les danseurs ne soient pas indiqués. Je ne les devine pas toujours !
C’est comme une grande famille.

La photo de Michel Renault trône entre celle d’Yvette Chauviré, dans Istar et celle de Roger Fenonjois , dont le nom est peut-être moins connu des balletomanes d’aujourd’hui. Et pourtant, il « battait l’entrechat 10 » (cf conférence Gilbert Mayer sur Gustave Ricaux du 14 novembre 2010 – Association Vestris, Les Nuits Blanches de St Petersbourg) tout comme Jean Babilée, qui ne fut étoile de l’Opéra que 9 mois en 1953. Certaines photos me touchent plus que d’autres. Ainsi d’Alexandre Kalioujny pris « en vol » au foyer de la danse. Nina Vyroubova est très belle dans une pose très lifarienne (une 7ème position je crois). Madeleine Lafon est en long tutu romantique.

Serge Peretti (1941-1946)
Michel Renault (1946-1959)
Roger Fenonjois (1946-1949)
Roger Ritz (1947-1951)
Alexandre Kalioujny (1947-1960)
Max Bozzoni (1948-1963)
Jean Babilée (9 mois 1953)
Youly Algaroff (1953-1964)

Solange Schwarz (1940-44, 1948-57)
Lycette Darsonval (1940-1960)
Yvette Chauviré (1941-45, 47-49, 54-63)
Christiane Vaussard (1947-1957)
Micheline Bardin (1948-1957)
Nina Vyroubava (1949-1957)
Liane Daydé (1950-1959)
Madeleine Lafon (1952-1960)


On quitte cette salle circulaire, et après avoir admiré les costumes de Quelques Pas graves de Baptiste, chorégraphie de Francine Lancelot, nous retrouvons nos Etoiles à l'étage supérieur.

Entre les photos, sont exposés des costumes. Ainsi du costume, oh combien récent de d’Ores et déjà en velours rouge. Plus émouvant, le tutu romantique rehaussé d’argent que portait Christiane Vaussard dans Soir de Fête (1956). On trouve aussi les costumes de Roméo et Juliette, version Sasha Walz (2007). Je crois voir Hervé Moreau et Aurélie Dupont tendrement enlacés. Mais ce ne sont que des mannequins ! Le costume de La Petite Danseuse de Degas est tel que l’on se le représentait. Le costume d’Une Fille de la Nuit dans Les Mirages me fait curieusement penser à certains costumes des Enfants du Paradis. Les costumes de Nikiya et Solor, du premier acte sont somptueux et ceux de Glacial Decoy (2003) et O zlozony, O Composite paraissent bien pauvres et ternes à côté.

Jean-Paul Andréani est photographié dans un superbe grand jeté et son allure me fait regretter de ne pas l’avoir vu danser. George Skibine est à côté de son épouse Marjorie Tallchief. Josette Amiel est charmante dans le costume du premier acte de Giselle. Claire Motte vibre dans Odette. Michael Denard est resplendissant dans l’Oiseau de Feu, rôle qui le fit découvrir au grand public. Je retrouve avec émotion George Piletta dans Le Fils Prodigue (ballet donné avec Piletta lors de ma première soirée à l’Opéra !). Manuel Legris est représenté dans Dances at a Gathering, dans le rôle du danseur en brun. Mais cette photo, en couleur et un peu floue, ne rend pas justice au danseur. Dominique Khalfouni est photographiée dans Giselle. Elle y est sublime. Je regrette qu’elle soit restée finalement si peu de temps (quatre ans) étoile de l’Opéra. Charles Jude est photographié dans Icare, ballet de Serge Lifar. On retrouve aussi Patrick Dupond dans la IXème Symphonie de Béjart. Claude de Vulpian est royale dans le rôle d’Henriette (Raymonda), Monique Loudières, évanescente dans Giselle, acte II. On voit un Laurent Hilaire tout jeunet dans Jean de Brienne. Dans une vitrine on peut admirer le tutu de la soliste de Diamants qui brille de mille feux.

Jean-Paul Andréani (1954-1967)
Peter van Dijk (1955-1958)
George Skibine (1957-1961)
Flemming Flindt (1961-1964)
Attilio Labis (1961-1972)
Cyril Atanassof (1964-1986)
Jean-Pierre Bonnefous (1966-1969)
George Piletta (1969-1989)
Jean-Pierre Franchetti (1971-1989)
Michael Denard (1971-1989)
Jean Guizerix (1972-1990)
Patrice Bart (1972-1989)
Charles Jude (1977-1998)
Patrick Dupond (1980-88, 90-97)
Jean-Yves Lormeau (1981-1996)
Laurent Hilaire (1985-2007)
Manuel Legris (1986-2009)

Claude Bessy (1956-1972)
Marjorie Tallchief (1957-1961)
Josette Amiel (1958-1971)
Claire Motte (1960-1977)
Jacqueline Rayet (1961-1974)
Christiane Vlassi (1964-1978)
Nanon Thibon (1965-1983)
Noëlla Pontois (1968-1983)
Wilfride Piollet (1969-1983)
Claudette Scouarnec (1970-1980)
Ghislaine Thesmard (1972-1983)
Carolyn Carlson (1974-1980)
Dominique Khalfouni (1976-1980)
Florence Clerc (1977-1992)
Claude de Vulpian (1978-1993)
Elisabeth Platel (1981-1999)
Monique Loudières (1982-1996)
Françoise Legrée (1983-1997)
Sylvie Guillem (1984-1989)
Isabelle Guérin (1985-2001)


On s’élève d’un étage. Nous voici au niveau de l’orchestre.

Une première vitrine met en lumière trois tutus romantiques : Le Papillon (1994) rehaussé de bleu, La Sylphide (1997) aux ailes si travaillées et délicates et le costume de Myrtha. Tout près resplendissent les costumes de Rubis et d'Emeraudes (2000), de Christian Lacroix, aussi beaux de prêt que de loin. Un peu plus loin, on trouve le costume de la Sirène du Fils prodigue, qui n’a pas pris une ride et le costume du Khan (La Source) riche et haut en couleurs. Une dernière vitrine nous présente trois tutus courts : Odette (malheureusement confondue ici avec Odile, le cygne noir !), un flocon dans Casse-Noisette et le tutu de Nikiya au dernier acte de la Bayadère.
Dorothée Gilbert est photographiée dans l’Etoile de la Petite Danseuse de Degas. Jérémie Bélingard est le jeune Homme du Jeune Homme et la Mort. Wilfried Romoli est dans le rôle qui lui valut sa nomination. Hélas, j’ai oublié de quel œuvre il s’agissait. Jean-Guillaume Bart est un Apollon conquérant entre Aurélie Dupont, dans la Dame aux Camélias et Claire-Marie Osta dans Clavigo. Un entourage qui devrait lui plaire. Isabelle Ciaravola est Tatiana, soutenue par un Hervé Moreau invisible. Naturellement, le Lenski de Mathias Heymann est à ses côtés. Karl Paquette est Siegfried.
C’est devant la photo d’Hervé Moreau, dans le rôle de Roméo (version Walz) que je me suis attardée. Une photo d’art : manteau noir, position renversée, et cette présence indéniable d’un grand danseur … et pourtant rien de classique …

Nicolas Le Riche (1993)
José Martinez (1997-2011)
Jean-Guillaume Bart (2000-2008)
Mathieu Ganio (2004)
Benjamin Pech (2005)
Wilfried Romoli (2005-2008)
Hervé Moreau (2006)
Jérémie Bélingard (2007)
Mathias Heymann (2009)
Karl Paquette (2009)
Stéphane Bullion (2010)
Josua Hoffalt (2012)

Elisabeth Maurin (1988-2005)
Marie-Claude Pietragalla (1990-1999)
Fanny Gaïda (1993-2001)
Carole Arbo (1993-2001)
Agnès Letestu (1997)
Laétitia Pujol (2002)
Claire-Marie Osta (2002-2012)
Marie-Agnès Gillot (2004)
Delphine Moussin (2005-2011)
Dorothée Gilbert (2007)
Emilie Cozette (2007)
Isabelle Ciaravola (2009)
Ludmilla Pagliero (2012)
Myriam Ould-Braham (2012)
Eléonora Abbagnato (2013)


Nous pénétrons au cœur de l’exposition, dans le musée.

A l’entrée, une maquette transparente, reconstituant le Foyer de la Danse, pour les décors de Capriccio (mise en scène Robert Carsen) nous accueille. Les visiteurs n’ont qu’un plaisir : celui de la photographier et de se mirer dans le miroir. Dans la salle de droite, on nous invite aux temps de Louis XIV. On apprend que Louis XIV (1643-1715) renonça à danser dès 1670. Il n’avait que 27 ans. Quelques gravures de maquettes de costumes de Louis-René Boquet pour Jean Dauberval, Marie-Madeleine Guimard, Maximilien Gardel et Gaétan Vestris sont accrochées au mur. Une grande huile représente Françoise Prévost en Bacchante. A notre gauche, des maquettes de costumes du début du XIXème. Beau pastel (1764) de Jean-Baptiste Perronneau représentant Jean-George Noverre. On passe dans une salle aux murs bleus clairs où sont accrochés des portraits des danseuses romantiques (Taglioni, Cerrito …) La salle suivante, bleue foncée, est consacrée, sur un mur à Serge Lifar. Nombreuses gravures : Les Créatures de Prométhée, Bacchus et Ariane, Harnasie, Icare, l’Oiseau de Feu. Esquisse du décor de Phèdre par Jean Cocteau. En face une superbe photo, grand format, de Carlotta Zambelli vers 1900. Nijinsky et Karsavina, Lifar, Peretti... On plonge dans la pénombre après quelques marches pour arriver droit sur trois costumes portés par Lifar : le chasseur de Blanche Neige, Albrecht, rôle fétiche de Lifar, et l’Oiseau de Feu. On ne serait pas étonné de voir Lifar surgir dans toute sa splendeur. Comme si on avait aboli le temps.
Autre coup de cœur de cette exposition, les costumes de Giselle (acte I et II) portés par Yvette Chauviré.

Un petit coin est consacré à l’Ecole de danse avec de multiples photos et un (vrai) piano droit, compagnon fidèle des cours de danse. On voit une photo de la classe de danse de Mademoiselle Cochin (épouse de Gustave Ricaux), une autre photo où on nous indique la présence de Noëlla Pontois et Brigitte Lefèvre. Mais qui est le professeur ? Une classe de danse vers 1933-1937 où la présence lumineuse de Christiane Vaussard se fait déjà sentir. Une classe des garçons de Raymond Franchetti. A la fin des années 1980, on remarque un Nicolas Le Riche (un peu rondouillard !) dans le Bal des Cadets. Une section est consacrée aux chorégraphes français Béjart et Petit et une autre aux chorégraphes américains à Paris : Balanchine, Robbins, Cunningham et Carlson.
D’autres costumes sont exposés : un Papillon dans le Fantôme de l’Opéra de Petit, le « pyjama blanc » de Solor dans la Bayadère, le costume de Rothbart, avec cape, et côte à côte celui d’une caucasienne dans la Source et un tutu, jaune-vert fluo de The Vertiginous Thrill of Exactitude. Contraste saisissant entre deux styles !

Un certain nombre de vidéos nous sont présentées : extraits de Giselle, Orphée et Eurydice, La Belle, Proust, Don Quichotte, Appartement, La Source, Le Lac, Carmen, Le Jeune Homme et la Mort, Joyaux, Signes.
Je regrette qu’aucun film « historique » n’ait complété cette liste, un peu trop actuelle pour mon goût. Aucune découverte et c’est bien regrettable.

Une exposition cependant réussie quoique qu’un peu trop dense et pas assez détaillée parfois. Je pense qu’une exposition unique sur l’Ecole de Danse aurait été une bonne chose.
A noter que le catalogue de l’exposition, qualifié « d’ouvrage de référence » ne sortira qu’en octobre prochain.
Revenir en haut
Valérie Beck
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 5 492
Localisation:
Féminin

MessagePosté le: Sam 24 Aoû - 08:40 (2013)    Sujet du message: le Ballet de l'Opéra de Paris - exposition à l'Opéra Garnier jusqu'au 1er septembre 2013 Répondre en citant

Je n'aurai sans doute pas le temps d'y aller et ai lu votre compte rendu avec plaisir! 
_________________
mon blog de danse http://www.shabastet.com/

Formation personnelle de yoga en 3 ans, de professeur en 4 ans et de yoga nidra en 2 ans
http://www.art-et-yoga.fr/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:09 (2017)    Sujet du message: le Ballet de l'Opéra de Paris - exposition à l'Opéra Garnier jusqu'au 1er septembre 2013

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    dansespluriel Index du Forum -> Autres passions -> Expositions Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com