dansespluriel Index du Forum dansespluriel
forum consacré aux danses, tous styles
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Très mauvaise nouvelle... Lou R.I.P.....
Aller à la page: <  1, 2, 3
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    dansespluriel Index du Forum -> Autres passions -> Musiques
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Joelle


Hors ligne

Inscrit le: 06 Juin 2013
Messages: 1 469
Localisation: Paris
Féminin

MessagePosté le: Dim 3 Nov - 10:54 (2013)    Sujet du message: Très mauvaise nouvelle... Lou R.I.P..... Répondre en citant

Excellent ! Mais c'est dommage que Roger Daltrey ait l'accent un poil trop américain ! Wink
_________________
Comme quoi le rock et le ballet peuvent faire bon ménage dans une même tête !
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 3 Nov - 10:54 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Joelle


Hors ligne

Inscrit le: 06 Juin 2013
Messages: 1 469
Localisation: Paris
Féminin

MessagePosté le: Ven 8 Nov - 12:49 (2013)    Sujet du message: Très mauvaise nouvelle... Lou R.I.P..... Répondre en citant

Un superbe article à paraître dans Rolling Stone le 21 novembre, écrit par Laurie Anderson, l'épouse de Lou Reed...

http://www.rollingstone.com/music/news/laurie-andersons-farewell-to-lou-ree…

Laurie Anderson's Farewell to Lou Reed: A Rolling Stone Exclusive'For 21 years we tangled our minds and hearts together'by Laurie Anderson
NOVEMBER 06, 2013


Rolling Stone pays tribute to Lou Reed, the outsider who changed the course of rock & roll, on the cover of our new issue. In an exclusive essay for RS, Laurie Anderson reflects on her 21-year relationship with Reed and his final moments.

I met Lou in Munich, not New York. It was 1992, and we were both playing in John Zorn's Kristallnacht festival commemorating the Night of Broken Glass in 1938, which marked the beginning of the Holocaust. I remember looking at the rattled expressions on the customs officials' faces as a constant stream of Zorn's musicians came through customs all wearing bright red RHYTHM AND JEWS! T-shirts.
John wanted us all to meet one another and play with one another, as opposed to the usual "move-'em-in-and-out" festival mode. That was why Lou asked me to read something with his band. I did, and it was loud and intense and lots of fun. After the show, Lou said, "You did that exactly the way I do it!" Why he needed me to do what he could easily do was unclear, but this was definitely meant as a compliment.

I liked him right away, but I was surprised he didn't have an English accent. For some reason I thought the Velvet Underground were British, and I had only a vague idea what they did. (I know, I know.) I was from a different world. And all the worlds in New York around then – the fashion world, the art world, the literary world, the rock world, the financial world – were pretty provincial. Somewhat disdainful. Not yet wired together.
As it turned out, Lou and I didn't live far from each other in New York, and after the festival Lou suggested getting together. I think he liked it when I said, "Yes! Absolutely! I'm on tour, but when I get back – let's see, about four months from now – let's definitely get together." This went on for a while, and finally he asked if I wanted to go to the Audio Engineering Society Convention. I said I was going anyway and would meet him in Microphones. The AES Convention is the greatest and biggest place to geek out on new equipment, and we spent a happy afternoon looking at amps and cables and shop-talking electronics. I had no idea this was meant to be a date, but when we went for coffee after that, he said, "Would you like to see a movie?" Sure. "And then after that, dinner?" OK. "And then we can take a walk?" "Um . . ." From then on we were never really apart.

Lou and I played music together, became best friends and then soul mates, traveled, listened to and criticized each other's work, studied things together (butterfly hunting, meditation, kayaking). We made up ridiculous jokes; stopped smoking 20 times; fought; learned to hold our breath underwater; went to Africa; sang opera in elevators; made friends with unlikely people; followed each other on tour when we could; got a sweet piano-playing dog; shared a house that was separate from our own places; protected and loved each other. We were always seeing a lot of art and music and plays and shows, and I watched as he loved and appreciated other artists and musicians. He was always so generous. He knew how hard it was to do. We loved our life in the West Village and our friends; and in all, we did the best we could do.
Like many couples, we each constructed ways to be – strategies, and sometimes compromises, that would enable us to be part of a pair. Sometimes we lost a bit more than we were able to give, or gave up way too much, or felt abandoned. Sometimes we got really angry. But even when I was mad, I was never bored. We learned to forgive each other. And somehow, for 21 years, we tangled our minds and hearts together.

It was spring in 2008 when I was walking down a road in California feeling sorry for myself and talking on my cell with Lou. "There are so many things I've never done that I wanted to do," I said.
"Like what?"
"You know, I never learned German, I never studied physics, I never got married."
"Why don't we get married?" he asked. "I'll meet you halfway. I'll come to Colorado. How about tomorrow?"
"Um – don't you think tomorrow is too soon?"
"No, I don't."


And so the next day, we met in Boulder, Colorado, and got married in a friend's backyard on a Saturday, wearing our old Saturday clothes, and when I had to do a show right after the ceremony, it was OK with Lou. (Musicians being married is sort of like lawyers being married. When you say, "Gee, I have to work in the studio till three tonight" – or cancel all your plans to finish the case – you pretty much know what that means and you don't necessarily hit the ceiling.)

I guess there are lots of ways to get married. Some people marry someone they hardly know – which can work out, too. When you marry your best friend of many years, there should be another name for it. But the thing that surprised me about getting married was the way it altered time. And also the way it added a tenderness that was somehow completely new. To paraphrase the great Willie Nelson: "Ninety percent of the people in the world end up with the wrong person. And that's what makes the jukebox spin." Lou's jukebox spun for love and many other things, too – beauty, pain, history, courage, mystery.
Lou was sick for the last couple of years, first from treatments of interferon, a vile but sometimes effective series of injections that treats hepatitis C and comes with lots of nasty side effects. Then he developed liver cancer, topped off with advancing diabetes. We got good at hospitals. He learned everything about the diseases, and treatments. He kept doing tai chi every day for two hours, plus photography, books, recordings, his radio show with Hal Willner and many other projects. He loved his friends, and called, texted, e-mailed when he couldn't be with them. We tried to understand and apply things our teacher Mingyur Rinpoche said – especially hard ones like, "You need to try to master the ability to feel sad without actually being sad."

Last spring, at the last minute, he received a liver transplant, which seemed to work perfectly, and he almost instantly regained his health and energy. Then that, too, began to fail, and there was no way out. But when the doctor said, "That's it. We have no more options," the only part of that Lou heard was "options" – he didn't give up until the last half-hour of his life, when he suddenly accepted it – all at once and completely. We were at home – I'd gotten him out of the hospital a few days before – and even though he was extremely weak, he insisted on going out into the bright morning light.

As meditators, we had prepared for this – how to move the energy up from the belly and into the heart and out through the head. I have never seen an expression as full of wonder as Lou's as he died. His hands were doing the water-flowing 21-form of tai chi. His eyes were wide open. I was holding in my arms the person I loved the most in the world, and talking to him as he died. His heart stopped. He wasn't afraid. I had gotten to walk with him to the end of the world. Life – so beautiful, painful and dazzling – does not get better than that. And death? I believe that the purpose of death is the release of love.

At the moment, I have only the greatest happiness and I am so proud of the way he lived and died, of his incredible power and grace.
I'm sure he will come to me in my dreams and will seem to be alive again. And I am suddenly standing here by myself stunned and grateful. How strange, exciting and miraculous that we can change each other so much, love each other so much through our words and music and our real lives.

This story is from the November 21st, 2013 issue of Rolling Stone.
_________________
Comme quoi le rock et le ballet peuvent faire bon ménage dans une même tête !
Revenir en haut
Valérie Beck
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 4 485
Localisation:
Féminin

MessagePosté le: Ven 8 Nov - 21:50 (2013)    Sujet du message: Très mauvaise nouvelle... Lou R.I.P..... Répondre en citant

Bah, je parle pas un mot de british - je m'y mets grace à mon fils qui est en 6ème, alors les jolis de mots de Laurie..... snif, ils me passent à côté!!! 
_________________
mon blog de danse http://www.shabastet.com/

formation professeur de yoga http://www.art-et-yoga.fr/

http://www.artetyoga.fr/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Joelle


Hors ligne

Inscrit le: 06 Juin 2013
Messages: 1 469
Localisation: Paris
Féminin

MessagePosté le: Sam 9 Nov - 20:02 (2013)    Sujet du message: Très mauvaise nouvelle... Lou R.I.P..... Répondre en citant

Voici une traduction très rapide ! Wink

Les adieux de Laurie Anderson à Lou Reed: en exclu pour le magazine Rolling Stones "21 ans d'union inextricable de nos cœurs et nos âmes"
NOVEMBER 06, 2013

Rolling Stone rend hommage à Lou Reed, l'outsider qui a changé le cours du rock. Laurie Anderson nous fait part en exclusivité de sa relation longue de 21 ans avec Lou Reed et de ses derniers instants.

J'ai rencontré Lou à Munich, pas à New-York. C'était en 1992 et nous jouions tous les deux au festival Kristallnacht de John Zorn qui commémorait la Nuit de Cristal en 1938 qui a marqué le début de l'Holocauste. Je me souviens des expressions un peu gênées des douaniers à la vue de la longue file de musiciens de John Zorn sortant de la douane et portant tous un tee-shirt rouge vif marqué RYTHM AND JEWS (NDT : jeu de mots sur des juifs qui jouent du Rythm & Blues, non traduisible en français).
John voulait que nous nous rencontrions et que nous jouions ensemble, au contraire du style Festival qui voit défiler les musiciens les uns après les autres sans qu'ils se rencontrent. C'est pourquoi Lou Reed m'a demandé de lire quelque chose avec son groupe. Je l'ai fait. Ce fut très fort et très marrant. Après le show, Lou a dit "Tu l'as fait exactement de la même manière que moi !". Je n'ai pas compris sur le moment pourquoi Lou m'avait demandé de faire quelque chose qu'il pouvait facilement faire tout seul, mais sa remarque était bien un compliment de sa part.

Je l'ai bien aimé tout de suite, mais j'étais surprise d'entendre son accent qui n'était pas anglais. Je ne sais pour quelle raison, je pensais que le groupe Velvet Underground était britannique, et j'avais juste une vague idée de ce qu'ils faisaient (je sais, je sais...) J'appartenais à un monde différent. Et tous les mondes du New-York de l'époque (la mode, l'art, la littérature, le rock, la finance) étaient assez provinciaux. Pas du tout connectés ensemble.

Comme on pouvait s'y attendre, Lou et moi n'habitions pas loin l'un de l'autre à New-York, et après le festival Lou a suggéré que nous nous rencontrions une fois rentrés. Je crois qu'il a aimé ma réponse lorsque j'ai dit "oh oui absolument ! Je suis en tournée actuellement mais quand je rentrerai - dans environ 4 mois - il faut que l'on se voie". Ceci a duré un certain temps et Lou a finalement demandé si je voulais aller avec lui à la Convention des Ingénieurs du Sons. Je lui ai répondu que j'y allais forcément et que je le verrais à la section Micros. La Convention AES est le plus grand endroit pour s'équiper en matériel et nous avons passé joyeusement l'après-midi à regarder des amplis, des cables et parler électronique. Je n'avais pas idée que c'était un rendez-vous galant, mais lorsque nous allés prendre un café après la visite, il m'a demandé si je voulais aller au cinéma. Bien sûr ! Et Après cela on va diner ? OK ai-je répondu. et Après peut-on faire une petite promenade ensemble? Hum... A partir de ce moment, nous ne nous sommes pratiquement jamais séparés.

Nous avons joué de la musique ensemble, sommes devenus très bons amis et ensuite amants, nous avons voyagé, écouté et critiqué les travaux de l'autre, étudié ensemble (la chasse aux papillons, la méditation, le kayak). Nous nous sommes fait des blagues idiotes, avons arrêté de fumer 20 fois, nous nous sommes bagarrés, avons appris l'apnée, sommes allés en Afrique, chanté de l'opéra dans des ascenseurs, nous nous sommes fait des amis improbables, avons suivi la tournée de l'autre lorsque c'était possible, avons eu un chien adorable qui jouait du piano, nous avons partagé une maison distincte de nos appartements respectifs, nous nous sommes mutuellement protégés et aimés.

Nous allions toujours voir beaucoup d'expos, de concerts, des pièces de théatre et des shows. Et je pouvais voir combien il aimait et appréciait d'autres artistes et musiciens. il était toujours tellement généreux. Il savait combien il était difficile de travailler dans ce milieu. Nous avons adoré notre vie dans le West Village et nos amis. Pour résumer, nous avons donné le meilleur de nous-mêmes.

Comme beaucoup de couples, nous avons chacun construit des manières d'être - des stratégies, et parfois des compromis qui nous permettaient d'être un couple. Parfois nous avons un peu perdu, plus que ce que nous pouvions donner, ou bien nous avons cédé trop facilement ou nous nous sommes sentis abandonnés. Quelques fois même nous nous sommes mis vraiment en colère. Mais même lorsque j'était très fâchée, je ne me suis jamais ennuyée. Nous avons appris à pardonner à l'autre. Et d'une certaine manière, nos cœurs et nos âmes ont été inextricablement liés pendant 21 ans.

Au printemps 2008, je marchais dans une rue en Californie, me sentant mal, et je parlais au téléphone avec Lou. Je lui ai dit : "il y a tellement de choses que je voulais faire et que je n'ai jamais faites"
Lesquelles par exemple ?
"Je n'ai jamais appris l'allemand, je n'ai jamais étudié la physique, je ne me suis jamais mariée".
Il m'a dit "pourquoi on ne se marie pas ? On peut se rencontre à mi-chemin, demain dans le Colorado"
Je lui ai répondu : est-ce que ce n'est pas un peu rapide demain ?
"Non" ma-t-il répondu

Donc le lendemain nous nous sommes retrouvés à Boulder, Colorado et nous sommes mariés un samedi dans le jardin d'un ami, nous portions nos vieilles affaires du samedi et je devais aller jouer juste après la cérémonie. Cela n'a pas posé de problème à Lou. Lorsque des musiciens se marient, c'est un peu comme lorsque des avocats se marient. Lorsque l'un d'entre eux dit : "zut je dois aller travailler au studio jusqu'à trois heures du matin", ou bien "je dois annuler tous nos projets car j'ai un dossier à finir", vous savez ce que cela veut dire et vous n'en faites pas forcément toute une histoire.

Je crois qu'il y a diverses façons d'être mariés. Certains se marient avec une personne qu'ils connaissent à peine, ce qui peut marcher aussi. Lorsque vous épousez votre meilleur ami depuis des années, on devrait donner à l'union un autre nom. Mais le fait de me marier, de manière très étonnante, a changé la perception du temps. Et cela a créé une tendresse toute nouvelle. Pour paraphraser le grand Willie Nelson : "90% des gens dans le monde finissent avec la mauvaise personne. Et c'est cela qui fait tourner la loterie".
Avec Lou, j'ai tiré au sort l'amour et beaucoup d'autres choses - la beauté, la douleur, l'histoire, le courage et le mystère.

Les deux dernières années, Lou a été malade, tout d'abord à cause de traitements à l'interferon, et des séries d'injections pour traiter l'hépatite C qui ont eu beaucoup de mauvais effets secondaires. Après il a développé un cancer du foie, avec en plus du diabète. Nous avons acquis beaucoup de connaissance sur les hôpitaux. Lou a appris tout sur les maladies et leurs traitements. Il a continué à faire du tai chi tous les jours pendant deux heures, plus de la photo, des livres, des enrgistrements et il a continué son show à la radio avec Hal Willner, ainsi que beaucoup d'autres choses. Il aimait ses amis et les appelait, envoyait des emails ou des sms lorsqu'il ne pouvait être avec eux.
Nous avons essayé de comprendre et d'appliquer l'enseignement de notre professeur Mingyur Ripoche, notamment sur des sujets difficiles tels que maîtriser la tristesse sans en souffrir.

Au printemps dernier, à la dernière minute, Lou a reçu un foie qui semblait bien fonctionner. Il avait regagné son énergie et sa santé très rapidement. Mais après la situation s'est à nouveau détériorée et il n'y avait pas d'issue. quand le docteur a dit : c'est fini. Nous n'avons plus d'options, la seul mot que Lou ait entendu, c'est le mot "options". Il n'a pas abandonné, jusqu'à sa dernière demi-heure, où il a soudainement accepté son sort - en une seule fois et complètement. Nous étions à la maison. Je l'avais sorti de l'hôpital quelques jours auparavant. Il était pourtant extrêmement faible mais il a insisté pour sortir tôt le matin.
Comme nous pratiquions la méditation, nous nous étions préparés pour faire circuler l'énergie en partant du ventre et vers le cœur et à travers la tête. Je n'ai jamais vu quelqu'un avec une telle expression de surprise que Lou lorsqu'il est mort. Ses mains faisaient la forme 21 (flux d'eau) du tai-chi et ses yeux étaient grands ouverts. Je tenais dans mes bras la personne que j'aimais le plus au monde et j'étais en train de lui parler lorsqu'il est mort. Il n'avait pas peur. Je l'avais accompagné jusqu'à la fin du monde. La vie - si belle, si douloureuse ou si éblouissante - ne peut pas être meilleure que cela. Et la mort ? Je crois que le but de la mort c'est de vous libérer de l'amour.

En ce moment, je suis heureuse et fière de la manière dont il a vécu et dont il est mort, je me souviens de son pouvoir incroyable et de sa grâce.
Je suis sûre qu'il va me revenir dans mes rêves en me donnant l'impression d'être à nouveau vivant. Et je suis là toute abasourdie et pleine de reconnaissance.
C'est à la fois étrange et miraculeux de voir comment on peut changer l'autre autant, s'aimer autant grâce à nos mots, notre musique et la réalité de nos vies.
_________________
Comme quoi le rock et le ballet peuvent faire bon ménage dans une même tête !
Revenir en haut
Valérie Beck
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 4 485
Localisation:
Féminin

MessagePosté le: Sam 9 Nov - 22:00 (2013)    Sujet du message: Très mauvaise nouvelle... Lou R.I.P..... Répondre en citant

Merci Joelle!  C'est poignant!

Voilà un très beau texte! Simple et tellement vivant!

Ainsi, il est mort comme meurent les lamas tibétains, en méditant  auprès de sa chère Laurie...

Merci pour cette traduction qui a du vous prendre tellement de temps j'en suis très touchée!

 
_________________
mon blog de danse http://www.shabastet.com/

formation professeur de yoga http://www.art-et-yoga.fr/

http://www.artetyoga.fr/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Joelle


Hors ligne

Inscrit le: 06 Juin 2013
Messages: 1 469
Localisation: Paris
Féminin

MessagePosté le: Dim 10 Nov - 10:08 (2013)    Sujet du message: Très mauvaise nouvelle... Lou R.I.P..... Répondre en citant

Je vous en prie !
J'espère juste qu'il n'y a pas d'erreurs. je pense avoir bien saisi l'esprit du texte, même en faisant la traduction "live" sur l'ordinateur ! Wink
_________________
Comme quoi le rock et le ballet peuvent faire bon ménage dans une même tête !
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:25 (2016)    Sujet du message: Très mauvaise nouvelle... Lou R.I.P.....

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    dansespluriel Index du Forum -> Autres passions -> Musiques Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3
Page 3 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
snowSilver style by Daniel Briant 2004