dansespluriel Index du Forum dansespluriel
forum consacré aux danses, tous styles
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Emmanuelle Grizot au conservatoire d'Orléans

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    dansespluriel Index du Forum -> Les spectacles et les festivals -> La danse en Province
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Elisabeth


Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 2 448
Localisation: Orléans
Féminin

MessagePosté le: Mar 19 Nov - 10:37 (2013)    Sujet du message: Emmanuelle Grizot au conservatoire d'Orléans Répondre en citant

Emmanuelle Grizot au Conservatoire d’Orléans
16 et 17 novembre 2013


Grâce au dynamisme et à la ténacité de Jean-Jacques Herment, professeur responsable de la section danse classique au conservatoire d’Orléans, nous avons le plaisir d’accueillir presque chaque année une personnalité de la danse.
En mars 2010 nous avions eu la visite de Fanny Gaïda, étoile du ballet de l’Opéra de Paris et professeur à l’école de danse, en mai 2011, c’était Marie-José Redont , de l’Opéra de Paris et également professeur à l’école de danse.
En ce week-end automnal de novembre 2013, c’est au tour d’Emmanuelle Grizot de venir nous faire profiter de son savoir et de sa passion.

Emmanuelle Grizot, qui a fait ses adieux à la scène le 5 juillet 2011, dans son rôle fétiche de Giselle, est étoile du ballet de l’Opéra de Bordeaux. Elle fut nommée, par Charles Jude, en 2002, après son interprétation de la Cigarette dans Suite en Blanc.

J’ai pu assister à une bonne partie du stage.

Le samedi matin, ce sont les petites classes de cycle I
qui ouvraient la marche. Des petits bouts de choux qui, pour certaines, étaient quasi débutantes.
Emmanuelle Grizot, a concocté, pour ces petites, une barre avec des explications très détaillées, montrant sans relâche et avec une grande bienveillance. Elle insiste sur les ports de bras, les regards, la tête.
Suivent les élèves de 3ème et 4ème années de cycle I. Un « malheureux » garçon se retrouve tout seul au milieu de huit filles. Cela ne semble pas le perturber. A ce niveau, le vocabulaire s’enrichit. La musique s’accélère. Elle donne un exercice de dégagés avec pied flex, qui me fait penser à de la danse de caractère. D’ailleurs la pianiste improvise une « danse russe ». La barre permet de délier chaque partie du corps. De grands ports de bras ponctuent les exercices. Il faut faire attention aux accents dictés par la musique. Elle insiste sur la précision du mouvement. Dans les grands battements, il ne suffit pas de lancer la jambe, il faut être attentif à son retour au sol. La barre est terminée. Les élèves se placent au milieu en marchant avec grâce. Après un adage avec des arabesques, les élèves sautent puis exécutent une petite combinaison de sauts (pas) de chat. Emmanuelle Grizot insiste sur la coordination et la liaison des pas. Une révérence clôt la classe.

Samedi après-midi, c’est au tour des élèves de 1ère et 2ème années de cycle II
(5 à 6 années de danse), huit filles et deux garçons d’entrer dans la danse (si j’ose dire !).
La barre se complexifie. Les exercices se terminent souvent par des équilibres et Emmanuelle Grizot insiste sur le rôle des bras qui est primordial : dans l’adage à la barre, lors d’une arabesque : »la couronne vous aide à monter la jambe », dans les grands battements : « les bras aident ». « Les positions doivent être plus précises ». Elle est particulièrement vigilante sur la propreté du mouvement. Il n’y a pas d’à-peu-près. Lors d’un exercice : « il faut brosser le sol. Je veux entendre le bruit. » La barre s’achève par le pied sur la barre et le fameux grand écart.
Au milieu, le vocabulaire se précise encore plus. On parle de position croisée, effacée et de première et troisième arabesque. Le professeur explique avec patience et donne beaucoup d’elle-même pour montrer les enchaînements qu’elle propose. On aborde les pirouettes, en dedans et en dehors et les exercices de sauts deviennent plus complexes (assemblé, soubresaut, sissonne, entrechats quatre. On termine par des sauts de chat/pas de bourrée.

Voici les grands élèves qui se préparent (fin du cycle 2 et cycle 3).

Le professeur arrive à diversifier sa barre (sa quatrième depuis ce matin) et à la rendre attrayante pour la spectatrice que je suis. Je ne peux m’empêcher de la trouver bougrement difficile. J’essaye de suivre, assise sur ma chaise, mais je suis vite trahie par ma mémoire. La barre se déroule : pliés, dégagés, battements jetés, battements jetés plus rapides (complexité de la technique classique : il faut à la fois de la netteté et de la rapidité, de la force et de la légèreté) … La pianiste nous fait la surprise de jouer un extrait de Carmen pour les fondus, ce qui est assez étonnant !
Au milieu, elle propose un adage aux élèves et chante tout en inventant les pas. Il faut « que ce soit très moelleux, sans accent, allonger au maximum, trouver le legato du mouvement ». Dans les pirouettes : « c’est l’avant-bras qui doit donner l’impulsion. Ne perds pas les yeux » Les grandes mettent les pointes pour quelques exercices à la barre.

Ce samedi soir, Emmanuelle Grizot donnait une conférence sur la jambe intitulée : « la jambe de haut en bas ».
Elle parle, à la fois des caractéristiques mécaniques et physiologiques de la jambe, de l’en-dehors …
L’en-dehors n’est pas la caractéristique de la seule danse classique, mais se retrouve dans la danse indienne, au Japon, au Cambodge. Elle insiste sur la grande attention qu’il faut porter à l’en-dehors et à son travail. On peut l’améliorer mais il faut le faire dans les règles de l’art pour éviter les compensations. Elle parle également du rite de la barre qui sert à placer son corps, à le délier, et qui monte en intensité jusqu’au travail d’étirement. On passe en revue les différentes phases de la barre.
Dans les pliés, la remontée est aussi importante que la descente. Plus on plie, plus on monte le buste. Les pliés sont très importants pour la suite. Les dégagés permettent d’allonger les muscles. Les battements jetés travaillent la tonicité du muscle, les ronds de jambe à terre la mobilité de l’articulation de la hanche. Les fondus doivent être moelleux et demandent de la puissance et de la souplesse, les battements frappés de l’énergie et de la précision. L’adage requiert du legato.
La jambe serait la caractéristique de la danse classique, le ventre de la danse orientale, les pieds du flamenco … On passe en revue, très rapidement, le costume du danseur et de la danseuse, qui au fil du temps montrera de plus en plus la jambe. Petit parallèle avec la mode. Des photos illustrent cette conférence.
Un sujet vaste, qui aurait gagné à être développé. Il y avait beaucoup de choses à dire.

Quelques questions sont posées et concernent principalement la danseuse Emmanuelle Grizot. Elle répond avec une grande gentillesse. On apprend que les ballets qu’elle a préféré danser sont Giselle et Roméo et Juliette. Elle a pris sa retraite en 2011, à 45 ans, mais aurait bien continué. Pas de date couperet pour les danseurs du ballet de l’Opéra de Bordeaux. Aujourd’hui, elle transmet son art et est chorégraphe. Elle a chorégraphié un trio sur une musique de Stravinsky, un duo néoclassique, un duo avec un danseur de hip-hop, et plus récemment, pour le jeune public, « Hänsel et Gretel » pour six danseurs. Elle prépare un « Barbe-Bleue », toujours pour le jeune public.

Le planning du dimanche est le même que celui du samedi : les débutants le matin, les plus avancés l’après-midi.

J’assiste au cours de l’après-midi qui dure deux bonnes heures, ce qui permet d’approfondir le travail. Trois niveaux sont présents. Le public est assez hétérogène. Un seul garçon au milieu d’une quinzaine de filles.
Lorsque les élèves se mettent à la barre et commencent les premiers exercices, je suis étonnée du changement opéré en une journée. Le groupe semble plus discipliné, plus attentif. La barre, toujours différente, se déroule selon le même schéma. Il y a une grande variété d’exercices. La barre d’une heure est intensive et les petits détails à chaque fois différents demandent une attention constante.
Au milieu les élèves sont invités à faire quelques ports de bras et ronds de jambes, puis vient l’adage et enfin les pirouettes et les sauts. Lors des sauts (entrechats) le professeur dit en riant : « essayez de ne pas faire le chameau quand vous sautez ! » On termine par des assemblées dans plusieurs directions puis par quelques exercices sur pointes à la barre et au milieu. En attendant que ces demoiselles enfilent leurs pointes (c’est tout un cérémonial !), le seul garçon travaille ses tours en l’air. « Attention à l’atterrissage, il faut garder les genoux bien ouverts et soigner la cinquième ».

Après une très courte pause bienvenue, voici venu le temps de l’atelier chorégraphique. Sur la musique de Yann Tiersen (du film Amélie Poulain), les élèves fignolent la chorégraphie qu’ils ont commencé à concocter samedi. Le résultat final est assez extraordinaire. Les élèves sont heureux. On sent qu’ils y ont pris beaucoup de plaisir.

Ce stage s’est passé dans la bonne humeur.
Emmanuelle Grizot a été attentive à chacun des élèves, ne ménageant pas ses encouragements, toujours positive, d’une grande patience, très souriante et passionnée par son Art.
Une belle expérience pour ces élèves qu’ils ne sont pas prêts d’oublier.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 19 Nov - 10:37 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Valérie Beck
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 5 499
Localisation:
Féminin

MessagePosté le: Mar 19 Nov - 18:08 (2013)    Sujet du message: Emmanuelle Grizot au conservatoire d'Orléans Répondre en citant

Merci Elisabeth pour ce passionnant compte rendu : on a l'impression d'y être! 
_________________
mon blog de danse http://www.shabastet.com/

Formation personnelle de yoga en 3 ans, de professeur en 4 ans et de yoga nidra en 2 ans
http://www.art-et-yoga.fr/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:04 (2017)    Sujet du message: Emmanuelle Grizot au conservatoire d'Orléans

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    dansespluriel Index du Forum -> Les spectacles et les festivals -> La danse en Province Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com